La chronique

Comment survivre aux vacances ?

Les vacances approchent à grand pas et, déjà, vous sentez l’angoisse monter ? Ces plages à perte de vue, ces montagnes, cette verdure, ce calme, ces journées passées à buller, à se baigner, à visiter des contrées inconnues, ces moments à boire du rosé glacé, à manger des salades composées sur des terrasses ensoleillées, tout ce temps passé à profiter de la vie au lieu de travailler… Respirez un grand coup. Ça va bien se passer.

Par Cécile Blanchard, publié le 25/07/2019 à 08:32, mis à jour le 25/07/2019 à 09:55.

Photo de vacances à la plage
© DR

Spécialiste de la survie en milieu hostile, MyEventNetwork a mis son savoir au service de vos vacances d’été. Pour que plus personne ne souffre durant cette période (parce que c’est vrai, c’est dur tout ce temps libre et ce bonheur à portée de main), et qu’à la rentrée, vous parveniez à dire, comme d’autres : c’était bien. Trucs et astuces pour déconnecter en douceur (ou faire semblant de travailler sans se faire prendre, si vraiment vous y tenez). 

1.    Plongez dans la lecture (avec sas de décompression)
La simple idée de lire un best-seller de l’été (type Marc Levy ou Guillaume Musso) vous fait frémir ? Pour autant, vous n’assumez pas les critiques de votre entourage quand il vous surprend à lire un rapport annuel à la plage ? Heureusement, il existe un juste milieu entre le « page turner » et le rapport d’activité. Plongez-vous dans un essai instructif, qui vous mènera tout doucement à la déconnexion comme La civilisation du poisson rouge, de Bruno Patino, qui décortique l’addiction programmée de l’humanité aux écrans, ou How to do nothing, de Jenny Odell, qui donne des clés pour résister à l’économie de l’attention. Après ça, le glissement jusqu’aux romans d’anticipation devrait s’opérer tout seul, et personne ne vous reprochera de lire sur une chaise longue le désormais classique Ready Player One, d’Ernest Cline, qui décrit une société vivant dans un monde virtuel, ou Les Furtifs, d’Alain Damasio, où chaque humain dispose d’une IA personnalisée, et où les villes ont été achetées par des multinationales. 

2.    Offrez-vous quelques moments d’humour (mais geek)
Vous êtes en manque d’events, d’intervenants sur scène, de projecteurs, de foule ? Réconciliez votre famille et vos amis avec votre univers professionnel, et proposez-leur de regarder le spectacle d’Haroun, Internet etc., qui a fait l’ouverture des Cristal Media & advertising Summit cet hiver. Après avoir lu deux essais sur l’économie de l’attention, vous serez probablement en phase avec l’humoriste : « Aujourd’hui on a l’attention d’un enfant de 6 mois et ça continue à descendre, on est en train de devenir des abrutis finis. ».

3.    Au pire, vous pouvez toujours travailler. Un peu (discrètement) 
Petit, vous adoriez les cahiers de vacances ? Adulte, il est aussi possible de réviser avant la rentrée. En vous replongeant dans l’ambiance du Retail Morning en vidéo ou de Futur.e.s festival. Vous pouvez également retrouver l’intégralité de Kantar Vision lors du Twitter Live. Toutes les conférences du Campus TF1 sur la communication responsable sont visibles en replay, tout comme celles de la seconde édition de Télé.visionnaire sur le thème de la proximité. Visionnez le discours polémique de Mercedes Erra au Pouvoir économique des marques. Ou découvrez l’état des cultures en France, qui fait le point sur les aspirations de la société française de demain.
Et comme il n’y a pas que MyEventNetwork dans la vie, vous pouvez aussi regarder le « Summer Program » concocté par Adobe Experience Festival. Des vidéos sur le marketing digital à regarder à votre rythme tous les mercredis de juillet et août.

4.    Non, vous n’êtes pas seul (sur les réseaux sociaux)
L’été vous déprime ? C’est normal. En tout cas, ça arrive à d’autres. Le blues estival toucherait de plus en plus de monde. En cause ? La lumière, l’injonction à aimer l’été (et le droit à la différence, alors ?), la frivolité des apéros en terrasse comparée à l’urgence climatique… tous ces éléments mis bout-à-bout expliquent la déprime chronique et la fatigue de ceux qui n’osent peut-être pas l’avouer haut et fort mais qui, au fond, n’aiment pas l’été et encore moins les vacances. Heureusement, certains assument et ne décrochent pas des réseaux sociaux professionnels (Instagram étant réservé à ceux qui aiment l’été et le montrent, fuyez-le comme la peste), même pendant le mois d’août. C’est le cas de Cyrille de Lasteyrie (alias Vinvin) qui a pris le pari de faire une vidéo par jour sur Linkedin pendant un an. Vous pouvez également suivre Walter Laouadi et ses témoignages de la vie en entreprise ou ses dictons, comme par exemple « En changeant seulement 7 lettres au mot DEFAITE on obtient le mot VICTOIRE ! La gagne est un état d'esprit ! ». Second degré exigé.  Quant à Xavier Dordor, fondateur de MyEventNetwork, il ne décroche jamais tout à fait. Il y a des chances qu’en suivant son compte Linkedin, vous ayez de l’info, même durant l’été. 

Enfin, comme à MyEventNetwork on n’est pas non plus à fond sur les vacances (notre convention collective y veille), notez qu’on revient le 22 août avec une newsletter de rentrée pleine de nouvelles fraiches.
Avec tout ça, vous pouvez partir en vacances tranquille, et ne surtout pas déconnecter (ou si peu…). 

À lire aussi