News

Paloma Bidault-Saliège : « Ce qui nous fait ronronner ce sont les gens qui osent, avec des idées brutes »

100% digitale, l'édition 2020 des Chatons d'Or, festival qui fait émerger les talents et idées de la nouvelle économie créative, aura pour thème "Autrement". Comment faire autrement ? Créer autrement ? Inventer le monde autrement ? Rencontre avec Paloma Bidault-Saliège, éleveuse de Chatons d'Or. 

Publié le 19/05/2020 à 16:40, mis à jour le 19/05/2020 à 16:40.

Paloma Bidault Saliège chatons d'or
© DR

La nouvelle édition des Chatons d'or, 100% digitale, s'affiche sous l’étendard « Autrement ». Ça veut dire quoi autrement ? 
L’annonce du Covid nous a obligé à nous poser la question : comment maintenir les Chatons d'Or cette année. Il nous paraissait important, cette année plus que jamais, de proposer un espace d’expression aux jeunes talents. Comment ? Autrement ! Digital, car c'est devenu le seul moyen de réunir les gens en cette période de crise sanitaire. Puis, quand nous avons cherché un thème, « Autrement » s’est imposé. Durant le confinement, nous avons beaucoup entendu « Et après? » mais pas beaucoup « Autrement »...

Comment va se dérouler cette édition digitale ? 
Nous sommes encore en train de travailler dessus. Nous avons envie de réinventer le format de la cérémonie digitale, car tenir un public tout au long d'une remise de prix à distance est un véritable challenge. Nous réfléchissons à un format plus court, plus interactif, avec notamment des capsules vidéos tournées en amont pour remplacer les speechs inspirants. Notre but est de trouver des alternatives à chaque composante de la cérémonie de remise des prix pour que cela reste festif. Cela a rarement été fait, donc nous n'avons pas de modèle. 

Qu’attendez-vous de cette édition des Chatons d’Or un peu particulière ? Pensez-vous que cette crise impactera la création et donc les Chatons ? 
Nous pensons que la crise a permis à chacun de faire son introspection, de réfléchir à son mode de vie, et que tout cela va faire naître des idées. Notre objectif est de collecter tous ces petits bourgeons nés durant cette crise, afin de faire le plein d’idées brutes pour réussir à faire autrement. 

Est-ce que ce « faire autrement » a vocation à perdurer au-delà de l'édition 2020 des Chatons d'Or ?
Cette année, nous inaugurons un nouveau partenariat avec La Ruche, un incubateur pour entrepreneurs sociaux. Nous réfléchissons à ce qui manquait avant. 
Par ailleurs, nous avons la volonté de créer un réseau, d'animer une communauté, au-delà de la cérémonie et du festival Les Chatons d'Or. Nous avons lancé notre nouveau site Internet qui est un très bel outil car il permet la création de contenus en masse. Nous souhaiterions y héberger une plateforme éditoriale pour créer des rendez-vous, et réussir à engager une communauté. C'est un work in progress...

Pour finir, qu'est-ce qui fait ronronner les Chatons d'Or ? 
Ce qui nous fait ronronner ce sont les gens qui osent, avec des idées brutes, engagées, pas du tout passées dans la moulinette du marketing, et qui permettent de faire autrement. 
On a envie de voir ce qui sort de la tête des jeunes créatifs et des jeunes créateurs. 

 

À lire aussi