Entretiens

« La crise aura été un véritable accélérateur des sujets clés... »

Durant la crise, les actions de l'IAB continuent. Véronique Pican, Vice-Présidente d'IAB France, revient sur la feuille de route du nouveau président, Nicolas Rieul, et détaille les objectifs de l'association : continuer de travailler sur les sujets de fonds, informer ses membres des initiatives durant la crise, former sur les nouvelles normes et s'engager pour un Internet interopérable et durable. Interview.

Publié le 06/05/2020 à 15:41, mis à jour le 22/05/2020 à 11:39.

Véronique Pican
© DR

Dans le contexte de la pandémie de Covid, quels sont les actions mises en place par l’IAB ?
Plus que jamais, nous voulons maintenir, voire renforcer, l'activité de l’IAB.  Le digital est aussi impacté que les autres médias : il est important de voir les initiatives, de partager et de soutenir ce qui a du sens. Les tasks-force sont actives pour faire avancer les sujets de fond.
Notre actualité reste très forte notamment sur les sujets autour de la privacy et de la mise en place de la nouvelle norme TCF v2. Nous organisons d'ailleurs des webinars pour informer sur les normes vidéo. 
Enfin, nous avons, comme beaucoup d'associations, fait un sondage d'impact auprès de nos membres pour pouvoir évaluer la situation de chacun. La France a un comportement assez atypique par rapport aux autres pays, avec une annulation plus forte et plus rapide des investissements dans le digital. Déjà, avec la date du 11 mai annoncée, nous commençons à voir un début de reprise dans les secteurs du retail ou des Telco par exemple...

Interact, webinars... Comment l'IAB gère-t-elle ce passage au virtuel ? 
Nos séquences de formations se font désormais en virtuel. Interact, qui est un événement qui fédère chaque année l'écosystème adtech et martech dans une capitale européenne, passe également en virtuel, le 3 juin prochain, avec des séances plénières et des sessions en plus petits formats. L'essentiel, c'est de pouvoir continuer à échanger, à partager de l'expertise. Même si cela ne remplace pas totalement les contacts humains. La troisième édition du Summit, vrai lieu de rassemblement de l'interprofession, aura lieu le 20 novembre 2020 à Paris. Nous espérons qu'il se tiendra en « real life ». 

L’IAB France a récemment élu un nouveau président. Quelle est la nouvelle feuille de route ?
Sustain 2022 est une liste qui s’est positionnée dans la continuité du travail fait depuis deux ans, avec la volonté de représenter la diversité de l’écosystème et de la chaîne de valeur : éditeurs, régies, tout l’écosystème martech et adtech. Notre mission première reste inchangée et sera renforcée : établir des normes et spécificités techniques respectueuses de l'expérience utilisateur qui fonctionnent dans la chaîne programmatique. 
Définir les standards de la publicité, c’est aussi préserver l’espace économique et concurrentiel en respectant la privacy. Nous voulons défendre l'industrie face aux enjeux de la réglementation actuelle et démonter l'efficacité de la publicité digitale en évaluant notamment les touchpoints digitaux pour savoir lesquels apportent en branding et en performance, en publiant des études, insights, etc. 
Nous faisons également face à un enjeu d'éducation et de formation : plus il y a de technicité et de complexité, ce qui est le cas de cette industrie, plus il faut éduquer l’ensemble des publics, agences, annonceurs, etc.
Par ailleurs, notre mission est  de porter la voix de la France à l'international sur les enjeux de la réglementation actuelle. D’un pays à l’autre les interprétations divergent. 

Comment voyez-vous l’avenir ?
La crise aura été un véritable accélérateur des sujets qui étaient déjà clés pour l’association, comme celui de fournir des outils à l’ensemble de l’écosystème (TCF et sa v2 ou formats ad- hoc), et aura renforcé notre capacité à aller plus vite et à faire encore plus de pédagogie. De même, c'est probablement le bon moment pour se poser les bonnes questions et faire en sorte de faire avancer les sujets RSE, et notamment l'impact écologique, pour aller vers une publicité responsable et durable.
Enfin, dans ces moments de crises, nous voyons que la demande de webinars est exponentielle. Cette distanciation sociale a permis d'activer notre capacité à créer des formations à la demande. Pour nous, c'est un terrain de réflexion important : comment satisfaire nos publics à travers les bons formats (webconférences, modules de formations etc.) ?

En savoir plus sur...

À lire aussi