Entretiens

« Sur Consumer Day, nous dévoilerons les tendances qui vont demeurer et celles qui seront certainement plus chahutées. »

Rendez-vous incontournable pour capter et comprendre les tendances de la consommation, Consumer Day réunira les clients du panel Worldpanel le 8 octobre prochain. Quelles évolutions à l'aune de la crise sanitaire et quelles perspectives ? On en parle avec Gaïdic d'Albronn, directrice générale Kantar Division Worldpanel. 

Publié le 16/09/2020 à 17:02, mis à jour le 17/09/2020 à 14:28.

Gaidic d'albronn kantar
© DR

Consumer Day 2020 : une édition et un contenu qui seront bouleversés par la crise de la Covid-19 ? 

Oui bien sûr. A l’occasion de cette édition, nous allons faire à la fois un constat de ce qui a changé et de ce qui reste d’actualité dans les grandes tendances de la consommation, avec un zoom également sur un certain nombre de sujets comme le hors-domicile qui a beaucoup souffert versus le e-commerce qui lui a progressé. Donc nous aurons une première partie bilan, suivie d’une grande partie sur la prospective et les évolutions que l’on peut d’ores et déjà prévoir pour 2021. Ainsi, nous dévoilerons les tendances qui vont demeurer et celles qui seront certainement plus chahutées. 

Par ailleurs, nous avons fait une segmentation des consommateurs dénommée « What the French » qui apporte une granularité supplémentaire. Nous avions créé cette segmentation à l’occasion du mouvement des « gilets jaunes » car nous percevions bien la fracture dans la société française qui était en train de s’opérer. Une catégorie qui nous semblait mal représentée uniquement à partir de critères socio-démographiques classiques. 

Quels sont les enseignements que vous pouvez tirer de cette nouvelle approche « What the French » ? 

Nous avons fait cette étude début 2020, ce qui nous a permis de suivre cette population et leur consommation tout au long de la crise de la Covid-19, avec notamment des populations qui peuvent avoir des comportements différents sur des problématiques de stockages par exemple. Beaucoup de problématiques sociétales ont donc été rajoutées afin de voir comment cet échantillon s’est comporté pendant la crise et comment il agit maintenant. Cela nous a permis également de les faire réagir sur des sujets tels que l’inquiétude, l’optimisme, l’ouverture aux autres, etc. Des indicateurs qui seront précieux pour anticiper 2021. 

La consommation des ménages a été orientée à la hausse cet été. Est-ce un épiphénomène ou le signe d’un redémarrage ?

Nous avons un effet conjoncturel dû en grande partie au fait que les gens sortent moins qu’auparavant, il y a donc un repli vers une consommation à domicile qui mécaniquement fait augmenter les volumes. Tout cela dépendra de deux critères qui sont l’ampleur du  télétravail , du homing et celui de la crise économique.

Le paramètre du télétravail est très important afin de voir ce qu’il va se passer sur la fin de l’année et en 2021.

Il va falloir suivre cette tendance et voir si les gens retournent massivement au bureau, dans la restauration collective et recommencent à sortir. Le paramètre du télétravail est très important afin de voir ce qu’il va se passer sur la fin de l’année et en 2021. Mais nous aurons un repli de la consommation l’année prochaine, c’est certain. 

Quel sera le format de l’événement Consumer Day cette année ? 

Nous avons souhaité maintenir notre événement en physique, au théâtre Mogador le 8 octobre, avec des règles sanitaires strictes évidemment. Le théâtre étant très grand, nous aurons suffisamment de places pour garantir un espacement entre chaque participant. Pour l’instant, les inscriptions à l’événement se font au même rythme que les années précédentes, ce qui est encourageant. Il est vrai que nos clients sont vraiment en attente de ce type d’événements et de pouvoir se retrouver après les derniers mois passés. 

Quelques mots sur le programme ? 

C’est un beau programme avec la présentation d’études réalisées spécifiquement pour Consumer Day mais aussi la présence de personnalités telles que la présidente de la FNSEA Christiane Lambert qui nous parlera des enjeux de l’agriculture française de demain. Nous aurons également un échange avec l’économiste Bruno Roche. 

Quelles sont les attentes de vos clients et des marques ? Comment les accompagnez-vous durant cette période où tout le monde navigue à vue ? 

Nous avons beaucoup nourri nos clients durant le confinement, avec une communication hebdomadaire sur les insights qui se dégageaient. Nous avons mis en place des offres spécifiques car nous avons la chance d’avoir à la fois notre panel d’acheteurs mais aussi notre panel de consommateurs.

Nous avons mis en place des modèles de prévisions afin d’aider les marques à se projeter.

Nous avons pu ainsi étudier le phénomène de stockage ou de consommation des produits à domicile. Enfin, nous avons mis en place des modèles de prévisions afin d’aider les marques à se projeter. D’ailleurs, nous avons bien senti dans les demandes de nos clients une évolution des besoins qui sont passés de la bonne compréhension de l’impact de la crise sanitaire à ses implications en termes de business dans les mois à venir. Sans oublier les sujets de fond sur l’évolution de la consommation. Nous les avons donc accompagnés sur tous ces volets. Par ailleurs, nous avons mis en commun toutes les expertises Kantar pour organiser des webinars à fort contenu, diffusés tous les 15 jours. Cela a été très apprécié. 

Selon vous, quels sont les principaux enjeux pour les marques dans le contexte actuel ?

Ce que nous évoquions l’an dernier, à savoir la recherche du meilleur prix et de la meilleure qualité demeure plus que jamais d’actualité. La tendance de fond du « manger mieux » n’a pas disparu, la consommation à domicile s’est renforcée avec le confinement et a fait naitre de nouvelles habitudes. Enfin, il y a de gros enjeux sur le sujet de la distribution avec la montée du e-commerce, le retour du hard-discount et la question de l’omni-canalité qui sont importants. 

Il faut rester assez lucide sur la notion d’incertitude sur ce qu’il va se passer. Il y l’ampleur de la crise économique annoncée et ses conséquences en termes d’emploi. D’autre part il faudra suivre au plus près l’impact du hors-domicile et du e-commerce. C’est l’amplitude de ces deux phénomènes qui va vraiment guider la croissance de la consommation des ménages. Il va nous falloir apprendre à surfer sur ces deux niveaux d’inconnues. 

Les inscriptions à Consumer Day sont ouvertes, réservées aux clients abonnés du panel Worldpanel.

En savoir plus sur...

Les événements rattachés

jeu. 08 oct 2020
Paris 9
Théâtre Mogador
Replay

14e édition du Consumer Day 2020

Image
Consumer day 2020 organisé par Kantar

09:00

Rendez-vous des acteurs de la grande consommation, de la distribution, de l’hygiène-beauté, du...

À lire aussi