Entretiens

« Les agences d’événements savent dynamiser les messages, donner du rythme et des moments de vibrations. »

Repositionnement de marque, publication d'un manifeste, spot télé... L'agence LDR reprend la parole pour plaider en faveur des événements utiles et réaffirmer la pertinence du média événementiel. Muriel Blayac, directrice générale de l'agence, nous explique sa démarche.

Publié le 07/10/2020 à 15:16, mis à jour le 07/10/2020 à 18:09.

Muriel Blayac
© DR

Vous avez décidé de prendre la parole en publiant un manifeste et en sortant un spot TV. Quel est le message principal que vous voulez faire passer ?
Nous souhaitions parler dès le mois de février du repositionnement de la marque Lever de Rideau (LDR), avec l’idée de publier en avril un manifeste de l’événement utile. L’idée étant de mettre en avant nos savoir-faire et le média événement, à l’heure où les agences événementielles peuvent être challengées par les acteurs du consulting. Qui plus est, nous considérons qu’il faut en finir avec les événements one-shot pour penser l’événement dans la durée et de manière flexible. Les events peuvent être activés tout au long de l’année grâce à une véritable stratégie de communication événementielle, pensée en fonction des objectifs, des messages à transmettre et des opportunités. Crise de la Covid oblige, nous avons repensé notre stratégie en mettant l’accent sur l’utilité, que ce soit pour les marques, les entreprises dont les ETI ou encore les territoires pour les accompagner sur leur développement économique. Quant au digital, ce n’est pas une nouveauté chez LDR car nous utilisons ce media depuis plus de 10 ans. 

C’est un manifeste qui se veut inspirant ?
Nous sommes une agence indépendante 100% française donc nous revendiquons notre French Touch. Mais notre mantra est de répéter à nos clients que leurs « événements doivent avoir du sens ». Avec la loi Pacte, nous sommes dans un moment stratégique pour les entreprises qui travaillent sur leur raison d’être.

Si les entreprises ont bien avancé sur le E de RSE, c’est désormais le S de sociétal qui doit être renforcé

Et cela doit bien sûr être corrélé à leur raison d’agir, donc de communiquer. Si ces dernières ont bien avancé sur le E de RSE, c’est désormais le S de sociétal qui doit être renforcé. Il leur faut appuyer leurs messages grâce à des événements à forts contenus et avoir un objectif qui ne soit pas courtermiste. L’utilisation du digital permet cela, en amont, pendant et après tout événement, et ce, qu’il soit physique, hybride ou digital. Il faut continuer de parler aux différents publics ou communautés. En nous appuyant sur notre double expertise LDR Digital et LDR Consulting, nous pouvons donc distiller des messages tout au long de l’année. C’est d’autant plus nécessaire que les messages que nous faisions passer en présentiel, nous ne les travaillons plus du tout de la même manière.

Vous évoquez la stratégie événementielle des annonceurs mais on ressent surtout une grande fébrilité de leur part actuellement ?
C’est très paradoxal. Quand on parlait à nos clients de prise de paroles au long cours et de stratégie événementielle, on n’était pas très entendu. Depuis la Covid et son lot d’incertitudes, on constate que les annonceurs ne savent pas vers qui se retourner et nous appellent. Ils nous demandent beaucoup de conseils sur les outils techniques évidemment mais grâce au ROI du digital, nous sommes en mesure de leur démontrer l’utilité des dispositifs, de les compléter au besoin. Et de plus en plus, nous constatons que nos clients nous écoutent car ils sont en attente d’une meilleure visibilité sur leur communication auprès de leurs communautés, et ce dans une enveloppe budgétaire moindre. Enfin, n’oublions pas que les agences d’événements savent dynamiser les messages, donner du rythme et des moments de vibrations, indispensables pour créer l’impact et devenir des moments de communication véritablement utiles.

Quelles incidences pour vous en termes de ressources internes ?
C’est une donnée cruciale. Nos collaborateurs ont envie d’évoluer sur de nouveaux modèles. Nos chefs de projets sont formés au digital depuis le mois d’avril. Sur LDR Digital et LDR Consulting, nous avons 8 personnes embauchées avec des profils différents (journalistes, consultants, codeurs, développeurs etc.). Il y a une véritable envie de se frotter à un nouveau terrain de jeu et de renforcer nos expertises.

Et en matière de RSE ?
Outre les événements de nos clients pour lequels nous nous inscrivons dans une démarche d’éco-conception, nous avons pensé nos nouveaux locaux du 15e arrondissement comme un espace de rencontres pour l‘écosystème du quartier. Nous travaillons par exemple avec des associations auxquelles nous reversons 2% de notre chiffre d’affaires annuel ; des organismes qui revendent notre mobilier usagé ; nous sommes relais d’une AMAP et nous hébergons des start-ups et un espace de coworking dans le bâtiment. Et bien sûr, nous sommes aussi engagés dans une démarche de certification ISO 20-121, qui mobilise l’ensemble de nos collaborateurs.

Comment continuer de faire vibrer ?
Pour faire vibrer, un mot d’ordre : créativité no limit ! Il y a plein d’idées qui naissent en ce moment, de nouveaux formats créatifs à inventer dans le distanciel. Plus que jamais dans cette période compliquée, l’humain et le vibratoire doivent être omniprésents ! Pour capter et retenir l’attention, laisser une empreinte et faire en sorte que les événements de nos clients soient vraiment UTILES.

LDR continuera à faire des événements physiques mais en attendant, ne fermons pas notre imagination

Les idées ne manquent pas et avec elles, de nouvelles opportunités en termes d’imaginaire et de collaborations avec d’autres disciplines, des penseurs, des artistes, etc. Il nous faut juste continuer à être créatifs. Evidemment, LDR continuera à faire des événements physiques mais en attendant, ne fermons pas notre imagination. En 2021, les agences ne tiendront pas le coup si elles ne changent pas de modèle. C’est un sujet qui n’est pas nouveau d’ailleurs, le Covid va juste nous faire avancer de 4 ans dans nos réflexions.

En savoir plus sur...

À lire aussi