Entretiens

« Les acteurs de la beauté sont confrontés à des changements de fond qui révolutionnent beaucoup de choses et prennent du temps. »

A l’occasion de la Journée de la Beauté, le 25 juin, toute la filière se retrouvera pour parler des mutations et des défis du secteur pour l’avenir. Rencontre avec Francoise Montenay, Présidente du CEW France & Centres de Beauté CEW, Présidente du Conseil de surveillance Chanel SAS, et Laurence moulin, Directrice Générale CEW France. 

Publié le 19/06/2019 à 14:32, mis à jour le 19/06/2019 à 17:08.

photo journée de la beauté
© DR

Qu’est-ce que le réseau CEW et quelles sont ses missions ?
Françoise Montenay : Le CEW est un réseau international dont l’entité mère est américaine avec 2 antennes, en Grande-Bretagne et en France. Initialement féminin (Cosmetic Executive Women), le CEW est depuis 5 ans un réseau de networking professionnel mixte. Il s’est développé en France avec une double mission, accompagner les carrières des professionnels de la beauté et donner du sens à nos métiers dans ce secteur. C’est dans cet esprit qu’ont été créés les Centres de Beauté, qui sont aujourd’hui le premier programme de soins esthétiques gratuits dans les hôpitaux, avec 35 000 soins donnés en 2018.
En 2019, le réseau français compte 650 membres. Depuis quelques années nous avons renforcé sa dimension professionnelle, avec l’objectif d’offrir plus de contenus et de networking pour répondre aux attentes des nouvelles générations. 

F.M : La Journée de la Beauté, qui aura lieu le 25 juin, s’inscrit-elle dans ce programme ?
Françoise Montenay : Oui. La Journée est dédiée aux futures tendances et transformations qui révolutionnent le secteur et l’exercice de nos métiers. Nous proposons, autour d‘un thème général, choisi chaque année, une approche transversale, de la création à la vente, du marketing à la communication. Un programme qui peut s’assimiler à une journée de formation. Nous aimons l’appeler la « pause beauté », un format original qui permet une fois par an de faire le point, d’approfondir sa culture beauté et de prendre du recul.

L.M : Le grand thème choisit pour cette troisième édition est Big Engagement. Pourquoi ? Comment avez-vous choisi ce thème ?
Laurence Moulin : Le mot engagement était en train d’émerger. Nous avons ensuite testé, affiné et approfondi cette idée de thème en la travaillant avec les experts, les industriels, les marques, les chercheurs, membres du CEW. La préparation de la Journée de la Beauté implique un riche travail d’échanges pour coller au plus près des tendances de fond émergentes, des transformations qu’impliquent ces nouvelles donnes et des interrogations qu’elles soulèvent chez les acteurs de la beauté. La force du CEW est de pouvoir compter sur l’engagement des entreprises qui le soutiennent et de ses membres les plus experts, pour co-créer l’événement. 

L.M : Comment s’articule la journée de conférence ?
Laurence Moulin : Le thème « Big engagement, jusqu’où s’engager pour réussir » se décline ensuite en trois grandes sessions.
L’une, « Green and sustainable sur toute la ligne », parlera des engagements environnementaux et de la manière dont la filière s'en empare, de la création à la production, la traçabilité, la transparence et le respect de l’environnement. Ce sont désormais des enjeux fondamentaux pour toute la filière. 
Une seconde session concerne les « Révolutions identitaires » : comment aujourd’hui la société a complètement évolué, faisant exploser les canons de beauté traditionnels de genre, d’âges, d’images de soi, avec des revendications de diversités, d’aspérités de singularités qui ont émergé. Enfin, nous parlerons de la « Mutation des relations » entre les consommateurs et les marques, bousculées par les réseaux sociaux. Maintenant, le consommateur s’exprime en direct, sans intermédiaires, imposant de nouveaux engagements pour les marques.
Pour analyser et décrypter ces sujet, nous avons construit un plateau, où consultants, experts et trendsetters, partagent leurs visions et leurs analyses avec celles des industriels et marques confrontés aux challenges de ces transformations. Nous donnerons également la parole aux jeunes entrepreneurs porteurs de nouveaux concepts. 15 d’entre elles, membres du CEW, auront également l’opportunité pendant toute la durée du déjeuner de présenter leur marque, de produits ou services, aux participants. 

L.M : Aujourd’hui quels sont les défis que doivent relever les marques ?
Laurence Moulin : En écoutant les acteurs de la beauté, on comprend que les enjeux économiques sont très lourds pour la filière. Les industriels par exemple doivent repenser leurs outils de production et cela ne peut se faire qu’en collaboration avec les marques et la distribution. On comprend que c’est tout un écosystème qui doit travailler main dans la main. C’est lourd dans la transformation des cultures, des outils et des process mais aussi dans l’évolution des clients. 
Ce sont des changements de fond qui révolutionnent beaucoup de choses et prennent du temps. Nous aimerions que cette journée salue les initiatives en cours et incite à aller plus loin, plus vite.  Avec peut être cette idée que l’important c’est le mouvement vers, et l’accélération de ce mouvement. D’où la nécessité de se rencontrer, d’en discuter, de l’acter, et de s’inscrire dans une dynamique.

En savoir plus sur...

Les événements rattachés

mar. 25 juin
Paris
Salons Hoche
Replay

3e édition Journée de la Beauté

Image
CEW 2019 Journée de la beauté

08:30

Conférences, tables rondes et keynotes autour de sujets clés pour l'avenir du secteur de la beauté,...

À lire aussi