Entretiens

« Trouver un équilibre entre la richesse de nos contenus, l’expérience proposée, et le "take-away" »

Thématiques, tendances, nouveautés, objectifs... François Nicolon, CMO Média Division chez Kantar, revient sur la place des événements dans le groupe, sur les défis à venir, et définit la stratégie événementielle de Kantar pour 2020. Entretien. 

Publié le 31/12/2019 à 10:36, mis à jour le 31/12/2019 à 18:34.

François Nicolon Kantar
© DR

Quelle est la place des événements chez Kantar ?
Kantar intervient sur plusieurs types d’événements. Nos événements en propre, pour lesquels nous mettons en scène nos données et nos outils. Et les événements sur lesquels nous intervenons en tant que sponsors. Enfin, de plus en plus, nous organisons des webinars sur une thématique précise. 
L'événementiel est un poste d’investissement marketing important chez Kantar, avec de grandes conférences où l'on rassemble le marché, comme le Consumer Day, en mars, ou Kantar Vision, la conférence emblématique annuelle du groupe. 
Tout au long de l’année, nous organisons des conférences très thématisées, baptisées Kantar expériences, ainsi qu’une journée porte ouverte pour montrer nos outils. Enfin, nous organisons régulièrement des événements assez pointus, comme le Grand Prix des marques automobiles, le Podium de la relation client, ou encore le BUMP. 
Les événements nous permettent d’avoir une relation directe avec nos clients. C’est très important lorsque nous avons des données de référence d’avoir ce dialogue direct avec l’ensemble des acteurs du marché. C’est vraiment le terrain du contact et de la conversation en direct qui sert d’écrin pour expliquer nos interprétations de tendances, de l’évolution des marchés.

Comment résumeriez-vous la stratégie événementielle de Kantar pour 2020 ?
Notre objectif est de trouver un juste équilibre entre la grande richesse de nos contenus, l’expérience que nous allons proposer, et le « take away », c’est-à-dire ce que les visiteurs de nos événements vont en retenir. 

Avez-vous noté des thématiques phares pour 2020 ?
En 2019, les thématiques ont été de plus en plus ancrées sur le purpose, le sens, la responsabilité de marques. Il s’agissait de thématiques très présentes en 2019 qui vont continuer en 2020. 
La thématique de la croissance, est également en plein essor. Aujourd’hui, pour les marques il ne s’agit plus de trouver de nouveaux marchés mais de trouver des relais de croissance dans ce que l’on nomme les zones inconfortables. Quelle va être la combinaison qui va sortir l’entreprise de sa zone de confort mais va permettre d’aller chercher la croissance ? 

La RSE est une thématique de plus en plus importante. Qu’en est-il de la prise en compte de ce critère dans l’organisation des événements Kantar ?
La RSE est en effet de plus en plus importante dans la conception des événements. De plus en plus, nos prestataires s’assurent qu’il y ait le moins possible de consommation et de gaspillage, et nous accueillons ces initiatives très favorablement. Nous savons que nous pouvons encore mieux faire, et nous allons encore progresser. 
De même, nous faisons très attention à la parité femmes / hommes et à la diversité. C’est très important pour Kantar de ne pas avoir des speakers formatés et d’apporter ainsi des points de vue très diversifiés. 

Quelles sont les nouveautés 2020 ?
Nous restons sur des marques et des dispositifs d’événements existants sur lesquels nous allons renouveler la logique et l’expérience pour nos visiteurs. 
Le Consumer Day proposera par exemple une matinée plénière et une après-midi consacrée à des réunions en session sur des verticaux très différents. 
Nous avons un gros événement international, the Summit, fin juin, qui réunit nos 100 plus grands clients internationaux sur lequel nous travaillons actuellement sur les innovations et l’expérience. Nous amenons nos clients à mieux comprendre ce que l’on mesure dans le futur des médias, et comment cela va changer la manière de travailler sur les habitudes des consommateurs, du planning des médias et du segment des cibles. C’est encore un peu tôt pour savoir quelles seront les thématiques nouvelles. 
Nous voulons apporter un angle différent et qui correspond aux préoccupations actuelles des marques et des institutions. 
Les citoyens et consommateurs évoluent assez rapidement à notre époque, notre challenge est d’apporter des données et des insights les plus frais possibles pour les mois suivants. 

Quels sont objectifs et vos défis pour 2020 en termes d’événementiel ?
Plutôt que trouver comment émerger, nous voulons que nos événements deviennent des références, afin de fidéliser notre audience. Nous devons leur faire savoir qu’en venant sur des événements Kantar, les professionnels repartiront avec des éléments qui les aideront à travailler au quotidien. Pour cela, nous devons maintenir un niveau de contenu et de « take away » très élevé, pour maintenir notre réputation de qualité et d’utilité. 
Nous ne sommes pas trop dans le show, mais plutôt dans le contenu. Aujourd’hui, nous voulons privilégier l’expérience. Le contenu ou l’interprétation d’un secteur d’activité ou d’une évolution de la société peut être transmis par l’expérience.
Enfin, il y a une bascule qui est en train de se passer dans l’ensemble de l’économie : l’impact environnemental est questionné dans tous les domaines et je pense que l’événementiel doit se poser la question : est-ce qu’on peut faire mieux pour diminuer notre impact environnemental ? Il y a des pistes de réflexion à explorer sur ce sujet. 

En savoir plus sur...

À lire aussi