L’édito

Les belles pages du retail expérientiel

Malgré les fermetures de magasins physiques et les performances sans faille de l’e-commerce, le retail n’est pas mort, loin s’en faut. Certes, il se transforme parfois à marche forcée, mais il peut encore avoir de belles pages à écrire.

Publié le 28/02/2024 à 16:46, mis à jour le 28/02/2024 à 16:46.

Les belles pages du retail expérientiel
© DR

A l’instar de ces nombreux flagships et surfaces commerciales qui s’appuient sur la création d’événements et autres moments privilégiés pour faire sortir le chaland de derrière ses écrans. En l’invitant à vivre une expérience. 

Propriété du groupe LVMH, Le Bon Marché Rive Gauche déploie depuis plusieurs années une programmation événementielle pointue et toujours percutante. Ce fut le cas par exemple avec le  défilé de la “Mosaert Fabrique” orchestré par l’artiste Stromae, une collab imaginée comme un pur projet artistique, ou lors des séances de théâtre immersif, “Au Bonheur des dames”, jouées au cœur de l’antre commerciale. Succédant à la carte blanche de l’artiste Daniel Buren, c’est désormais l’événement « Mise En Page par Sarah Andelman » qui anime Le Bon Marché Rive Gauche. L’occasion de découvrir la source d’inspiration intarissable que sont les livres, dans un quartier de Paris au puissant ADN littéraire. 

On va au Bon Marché - BM pour les intimes - comme on va voir une expo, écouter un concert. Au détour d’un rayon, on achète sans doute ce produit dont nous n’avions pas besoin. En toute sérendipité. A l’heure des Love Places et du retailtainment, ces stratégies de création de contenu s’avèrent gagnantes. Elles le seront encore pour longtemps en donnant libre cours à de nouveaux récits, nourris par la richesse et les moyens sans cesse renouvelés des industries créatives. 

 

À lire aussi

Image
Il y a toujours un plan B

Il y a toujours un plan B

J-100. La flamme olympique s’est allumée en Grèce, acte symbolique et dernière ligne droite d’une...