L’édito

Le Bourgeois gentilhomme, l’expérience hybride jubilatoire

Au moment où de nombreux organisateurs d’événements s’interrogent sur les taux de no show - avertissements avec frais sur les difficultés du retour au présentiel- j‘ai eu le plaisir réjouissant de vivre l’expérience digitale de Monsieur Jourdain proposée par la Comédie Française et Pathé Cinéma.

Par Xavier Dordor, publié le 15/06/2022 à 10:13, mis à jour le 22/06/2022 à 14:31.

Le bourgeois gentilhomme, l’expérience hybride jubilatoire
© La Comédie Française

L’annonce du spectacle fut lancée en digital -sur des sites dédiés et sur les RS- et en médias sous deux angles essentiels : la vidéo, langage idéal de la communication événementielle, et surtout les images de l’événement en amont pour donner envie et faire saliver. Les pitreries de Christian Hecq dans une barboteuse et le décor foldingue me convainquent assez rapidement mais je ne pousse guère la recherche, emploi du temps oblige. 

L’enseignement est clair : ne pas hésiter à dévoiler en amont des points d’ancrage de l’event avec des images tirées de capsules vidéo ou des interviews des organisateurs, voire des speakers pour nourrir les insights et donner envie encore et toujours. En termes de pression, poursuivre jusqu’au dernier moment pour soutenir l’idée et valoriser l’opportunité. 

Me trouvant en province ce soir-là, je me rends compte de l’imminence de l’événement et de la possibilité offerte non par la salle de la Rue de Richelieu, mais par la diffusion Pathé Live dans la petite ville ! Vérification, décision, souscription. Je vais donc au complexe Pathé, je paye assez cher d’ailleurs (le double d’une place de cinéma classique mais c’est mon choix) et j’attends car il s’agit d’un live en direct de la Comédie Française. La salle Richelieu apparaît à l’écran- en fixe- puis à l’ouverture, elle montre l’entrée des VIP et leur va-et-vient entre les rangs de l’orchestre tels des fourmis . Puis très vite l’écran s’éclaire, et apparaissent Valérie Lesort et Christian Hecq pour expliquer leur travail en image, suivis des compositeurs et musiciens pour illustrer la mise au goût du baroque 2022 de la musique de Lully... Les acteurs dialoguent avec les costumiers ... Bref, des capsules vidéo encore qui tiennent en haleine le spectateur cinéma en distanciel que je suis entre des plans de la salle qui continue de vivre un taux de no show proche de zéro.

Première différence des expériences, mon écran Pathé panoramique est jouissif et haletant quand le rideau noir de la scène est synonyme d’attente passive (sans le plaisir de plonger dans le magnifique rideau peint d’Olivier Debré resté relevé).  L’utilisation du temps est différente.

Le live démarre, enchanteur et très vite la qualité de la réalisation et la force manifeste de la communication des gros plans cinéma me font oublier la magie de la salle Richelieu mais tellement mieux vivre les turqueries de ce pauvre Jourdain jusqu’à la scène finale où le gros plan de son anéantissement est sans pareil. J’imagine la scène dans son entier avec les clairs obscurs soulignés des paillettes du grand Mamamouchi, mais la diction parfaite et enjouée en plein écran d’un Christian Heck ou d’un Guillaume Gallienne me réjouissent.

Un bonheur total différent mais tout aussi intense que celui d’un couple de copains entrevus à l’orchestre de la salle de la Comédie Française. D’ailleurs, j’irai peut-être voir un prochain spectacle au Palais Royal. Deux expériences, un même plaisir.

Elle est là la quête de l’événementiel d’aujourd’hui : une anticipation de communication qui fait adhérer et transforme la souscription, un live de grande qualité qui ne travestit rien et révèle tout, des expériences différentes qui optimisent les accès médias multiples et les attentes de chacun. 

Les extraits sur la toile, quelques jours après, me font revivre en replay la magie de l’instant et la possibilité de communiquer le foisonnement de cette version à mes proches.

What else ?

NB : ce découpage physique et digital n’est pas la seule voie, il en est une fabuleuse illustration. Ceux qui peuvent voir en direct les points gagnants à Roland-Garros ou les buts au Stade de France, sont ravis de porter leur regard vers les replays immédiats sur grand écran pour mieux comprendre ou admirer leur champion. Ceux-là aussi sont enchantés par ces nouvelles expériences.

À lire aussi

Image
Evénement vs Event ?

Evénement vs Event ?

On me demandait récemment s’il n’y avait pas trop d’événements désormais. Ma réponse a été – restant...