L’édito

  Déjà 4 ans !

Le 14 mars 2020, les lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays tiraient leur rideau, sans savoir quand ils pourraient le rouvrir.

Par Laurence Rousseau, publié le 13/03/2024 à 17:25, mis à jour le 13/03/2024 à 17:25.

Déjà 4 ans !
© DR

La veille, les agences événementielles s’étaient retrouvées pour l’assemblée générale de leur association, se quittant avec la désagréable sensation qu’elles partaient pour une longue traversée du désert. Personne alors n’avait la moindre idée de la manière dont cette épidémie de Covid et ses effets en chaîne allaient bouleverser nos vies. Qui aurait pu imaginer d’ailleurs ? La suite de l’histoire, tout le monde la connait…

Quatre ans plus tard, retour à la normale. Oublié, ou presque, ce fameux “monde d’après” et son cortège de bonnes résolutions. Passés d’un contexte de méga-crise à celui de multi-crise, nous naviguons désormais dans d’autres eaux troubles, teintées elles aussi d’incertitude. Fort heureusement, nous avons retrouvé notre liberté de bouger, de voyager et de nous rencontrer en live. 

Pour le secteur événementiel, ce serait presque business as usual, si ce n’est une petite opé en plus. Car 4 ans après le report des JO de Tokyo, c’est à Paris qu’incombe le challenge de recevoir le plus grand événement au monde. Aussi, qui aurait pu imaginer en 2020 que nous râlerions aujourd’hui à la perspective de vivre chez nous ce rendez-vous exceptionnel ? Qu’une affiche ou une chanteuse nourrirait des polémiques stériles mais savamment entretenues ? 

Quand on s’attend au pire, on est jamais déçu, disaient les Monty Python ! 

À lire aussi

Image
Il y a toujours un plan B

Il y a toujours un plan B

J-100. La flamme olympique s’est allumée en Grèce, acte symbolique et dernière ligne droite d’une...