Les speakers de la semaine

L'obsolescence des compétences techniques dans le secteur de l'ADTech induit un besoin constant de formation.

Isabelle Rouhan, co-pilote de la commission RH Emploi de l'IAB France et directrice du cabinet de recrutement Colibri, intervient durant l’atelier IAB consacré à la formation. Pour MyEventNetwork, elle fait le point sur les évolutions de la formation en France et en Europe, et revient sur l’évolution du marché de l’emploi dans le secteur de l’Adtech. 

Publié le 25/09/2019 à 15:25, mis à jour le 26/09/2019 à 10:06.

Photo d'Isabelle Rouhan
© DR

Comment va s’organiser l’atelier IAB France consacré à la formation ?
Nous voulons avant tout échanger avec les gens présents sur les enjeux de la formation, en étant à la fois concret et rythmé. 
L’IAB Europe mène chaque année une étude sur les besoins en formation dans le domaine de l’AdTech, baptisée « Human capital in the digital environnement » et, pour la première fois, nous avons réalisé un sur-échantillon en France.
Nous allons en dévoiler les résultats lors de l’Atelier, et nous serons en mesure de les comparer avec nos voisins européens.
Par ailleurs, nous allons organiser une « battle » entre trois personnes qui incarnent chacune une façon de se former : les cycles certifiants de longue durée ; l’utilisation de plateforme online ; les ateliers de développement des soft skills. Enfin, CapGemini et Publicis viendront témoigner de la mise en place des formations au sein de leurs entreprises. Pour résoudre sa difficulté à recruter, Publicis a par exemple lancé avec AdLearnMedia la Programmatic Academy qui forme ses collaborateurs aux compétences qui lui manquait.

La formation est-elle un secteur qui a beaucoup évolué, notamment dans l’AdTech ? 
Oui, le secteur de la formation est en pleine mutation. Tout d'abord, le collaborateur devient acteur de sa propre formation grâce au CPF. 
De plus, l’autre grand changement c’est l’obsolescence des compétences techniques dans le secteur de l’AdTech. Selon l’OCDE, dans les années 70 les compétences techniques avaient une durée de vie de 20 ans. Aujourd’hui, leur durée de vie est de 18 mois à 2 ans. Dans l’AdTech et le programmatique, certaines compétences ont une durée de vie de seulement 6 mois. 
Or, il faut investir sur les talents. Ce qui fait bouger le secteur de la Tech, c’est la technologie, mais ce sont aussi les gens.

Vous êtes auteure d’un livre sur les métiers du futur : à quoi ressemblera le marché du travail dans 10 ou 20 ans ? La formation est-elle un moyen d’anticiper les changements ?
Dans le marché du travail aujourd’hui, on ne parle plus d’emploi à vie, mais d’employabilité. Selon un chercheur américain, Bob Kegan, les collaborateurs exerceront en moyenne 6 métiers différents au cours de leur vie. 
L’automatisation accélérée de certaines tâches change fondamentalement le monde du travail. En France, la moitié des heures travaillées serait automatisable d’ici 2022 d’après McKinsey. Cela ne veut pas dire que nous serons tous remplacés par des robots. Eurostat estime que d’ici 2025, 15 millions de créations d’emploi liés au digital seront dénombrées contre 6 millions qui disparaîtront. La balance est positive en termes de volumes, mais ce ne sont pas les mêmes métiers.

Les événements rattachés

jeu. 03 oct
Paris
Adverline
Replay

Atelier Emploi IAB

Image
atelier emploi IAB France

08:30

La digitalisation de l’économie impacte profondément la nature des emplois et impose à l’entreprise...

À lire aussi