News

L'UNIMEV lance une grande enquête 

L'UNIMEV appelle tous les acteurs de l'événementiel à répondre à une grande enquête sur l'impact des reports et annulations sur leur activité. Le but ? Informer ses partenaires institutionnels de l'impact du Coronavirus sur la filière événementielle. Rencontre avec Marie-Sophie Capelle, responsable des études à l'UNIMEV.

Publié le 01/04/2020 à 16:03, mis à jour le 01/04/2020 à 18:10.

UNIMev marie sophie capelle
© DR

Vous lancez une enquête pour connaître l’impact économique de la crise sur les entreprises de l’événementiel. Quel en est l’objectif ?
Nous avons lancé cette enquête il y a deux semaines, et l’avons mise en ligne sur la page dédiée au Coronavirus sur le site d’UNIMEV. Le but est de se projeter dans l’avenir, de penser à la reprise. Le fait de connaître les pertes réelles de chacun, mais aussi les solutions mises en place et l’éventuel recours à l’activité partielle, va nous permettre d’informer et de négocier les conditions de la reprise les plus favorables. UNIMEV est en contact avec de nombreux partenaires institutionnels et nous sommes sollicités pour défendre la filière événementielle. 
Par ailleurs, en tant qu’Observatoire des tendances chiffrées depuis près de 50 ans, nous menons régulièrement des enquêtes auprès de nos adhérents, ce qui nous permettra de mettre ces chiffres en perspective.

L’enquête est-elle réservée à vos seuls adhérents ?
Non, tous les acteurs de l’événementiel peuvent y répondre. Elle s’adresse à toutes les grandes catégories qui composent le champ d’action d’UNIMEV : gestionnaires de sites, organisateurs, designers et réalisateurs de stands, prestataires de services (traiteurs, sécurité etc.) et agences événementielles. L’idée est au contraire de bénéficier d’un spectre assez large.

Jusqu’à quand peut-on y répondre ? 
L’enquête va durer jusqu’à la fin de la crise. Évidemment, puisque les situations de chacun peuvent être amenées à changer au fil du temps. Nous demanderons donc à chaque participant de valider leurs données à la clôture de l’enquête, pour s’assurer de la validité des chiffres.

Vous aussi, participez à l'enquête, ici.

À lire aussi