News

Speakers et experts se conjuguent aussi au féminin

En matière de parité, on sait le secteur de l’événementiel et des speakers à la peine pour promouvoir les profils féminins. Mais les choses sont en passe de changer, notamment grâce à des femmes qui s’imposent et en imposent.

Publié le 28/04/2021 à 13:40, mis à jour le 28/04/2021 à 16:53.

Julia de Funès
© DR

#JamaisSansElles. Un hashtag et une association lancés en 2016 pour assurer la promotion de la mixité et une idée qui prend corps après une conférence sur le numérique au casting 100% masculin. Le mouvement s’est constitué autour des fondatrices du club Girl Power 3.0, Natacha Quester-Séméon et Tatiana F-Salomon, rejointes rapidement par des personnalités masculines de la Tech telles que Gilles Babinet. De nombreux organisateurs de conférences, comprenant l’importance de l’enjeu et l’exigence citoyenne de mixité que #JamaisSansElles incarne désormais, sollicitent alors l’Association pour identifier des intervenantes et intervenir une labellisation de leurs événements.

Autre démarche pour faire émerger les profils féminins, celle des Expertes, qui prend tout d’abord la forme d’un guide papier, puis se digitalise en 2015 sous l’impulsion du groupe Egaé, en partenariat avec Radio France et France Télévision. Ce qui a prévalu à la création des expertes.fr, c'est la lassitude de s’entendre répondre systématiquement qu’il n’y a pas de femmes expertes ! explique alors les fondatrices Marie-Françoise Colombani et Chekeba Hachemi. Et il est vrai qu’à regarder les participants des plateaux-télé et autres débats, la question peut légitimement se poser. Alors qu’en 2020, seulement 41 % des expertes invitées dans les médias français sont des femmes, le projet des Expertes propose donc une base de données de femmes chercheuses, cheffes d’entreprise, présidentes d’associations ou responsables d’institutions. Un projet soutenu financièrement par 13 médias et groupes de presse.

Dans l’univers de la Tech par exemple, souvent pointé du doigt pour son manque de mixité, les figures de Catherine Barba, Nathalie Kosciusko-Morizet, Marjolaine Grondin ou encore Aurélie Jean se sont heureusement imposées.

Les thèmes prisés de l’entrepreneuriat et du leadership au féminin

Outre les expertes dans de multiples domaines, même ceux réputés comme très masculins, les femmes se font donc leur place. Dans l’univers de la Tech par exemple, souvent pointé du doigt pour son manque de mixité, les figures de Catherine Barba, Nathalie Kosciusko-Morizet, Marjolaine Grondin ou encore Aurélie Jean se sont heureusement imposées. Des personnalités qui par ailleurs incarnent l’entrepreneuriat au féminin et peuvent inspirer des audiences mixtes de managers.

En matière de leadership, où la figure du dirigeant se conjugue au masculin dans l’imaginaire collectif, il n’y a qu’à entendre parler l’ex-pilote de chasse Virginie Guyot qui a dirigé la Patrouille de France pour ne pas douter de sa parfaite légitimité en la matière. Et s’il est très tentant de questionner les femmes conférencières sur la manière dont elle gère l’équation vie professionnelle vs vie privée - question qui ne pose pas aux personnalités masculines - c’est davantage dans leur persévérance à atteindre leurs objectifs coûte que coûte que l’on puisera l’inspiration.

Enfin, les sujets de la mixité et de la parité devenant une thématique à part entière à gérer pour les entreprises, donner la parole aux femmes relève évidemment du prérequis. Une parole qu’il faut leur donner sans condescendance ni calcul, mais avec la bienveillance qui s’impose dans une démarche d’égal à égal.

À lire aussi