News

« Nous sommes une plateforme de matching ouverte, une sorte de Tinder du speaker »

Fondateur de la plateforme Lespeakers.com, Eric Blot est notre second expert à évoquer pour MyEN son métier et l'évolution récente des Speakers bureau. Échange avec ce fin connaisseur du monde de l'événementiel et de la prise de parole en public.

Publié le 21/04/2021 à 16:06, mis à jour le 27/04/2021 à 09:48.

ERIC BLOT
© DR

Vous êtes avant tout un entrepreneur, avec un profil très IT. Qu’est-ce qui vous a amené à créer la plateforme Lespeakers.com ?

Profil très IT en effet de par mes études d’informaticien puis mon premier job pour participer à la création de la DSI de France Télécom Orange. J’ai ensuite rapidement pris la voie des start-ups en mode serial entrepreneur : j’ai investi l’univers du marketing, de la vidéo sur Internet avant l’heure, de la communication interactive, etc. Ma dernière aventure était la création d’un groupe de communication corporate : Awak’it. Nous sommes arrivés à une centaine de personnes sous ma présidence avec 3 mots clés qui nous caractérisaient : Content - Digital - Event.
Je présidais en outre la filiale « Yves Hunt » qui m’a permis pendant plusieurs années d’être impliqué dans de très beaux projets de communication événementielle. J’ai appris notamment que les intervenants extérieurs, les speakers, ressortaient systématiquement comme un des temps forts de l’événement. L’apport significatif, la personnalité à part, l’ouverture sur l’extérieur étaient fréquemment cités comme source d’inspiration majeure.

J’ai pris conscience que la contribution du guest speaker était considérable mais j’ai aussi constaté que mes collègues me parlaient toujours des mêmes intervenants lors des préparations de casting

J’ai pris conscience que la contribution du guest speaker était considérable mais j’ai aussi constaté que mes collègues me parlaient toujours des mêmes intervenants lors des préparations de casting. Je sentais qu’il fallait renouveler le catalogue et je pressentais que le potentiel était immense.

Quel est le positionnement de votre plateforme et son parti-pris ? 

C’est une plateforme de matching ouverte, une sorte de Tinder du Speaker. Chaque conférencier vient s’inscrire, qu’il soit conférencier professionnel ou simplement intervenant occasionnel. Et pour s’y retrouver, plusieurs labels sont distribués pour qualifier la base de données des speakers. Les auteurs, les VIP, les powerspeakers, etc.
Par ailleurs, le prix de la conférence est clairement affiché. Pas de coût caché ou de surfacturation excessive de notre agence. Nous prenons une commission fixe et annoncée pour gérer les dossiers. Du coup c’est simple et transparent pour tous les organisateurs d’événements de faire appel à nos services, qu’ils soient agence ou donneur d’ordre.

Avez-vous des exemples de profils moins classiques et inspirants pour les jeunes collaborateurs ?

Une conférencière qui inspire et motive tout le monde est Virginie Delalande, du Collège à l’Université de Dirigeants. Elle est connue pour être la première avocate sourde de naissance en France. Apparue il y a 2 ans, c’est l’une des meilleurs « motivational speakers » du marché.

J’ai envie de vous parler aussi de Stéphane Moriou. Il délivre une conférence sur « l’art du feedback » qui correspond pleinement à ce besoin de faire évoluer le management et la culture dans les entreprises. Cette conférence apporte autant sur le plan professionnel que privé et le public ne peut s’empêcher de prendre des notes.

Pour finir, je citerai une troisième pépite, Juliette Lepage. Elle a 20 ans, elle est triple A (Asthmatique, Asperger, Aveugle) et délivre une conférence pleine d’humour, d’humanité et d’inspiration qui invite chacun à aller au bout de ses rêves.   

Et en termes de formats ? Quel(s) futur(s) TEDx ?

Les formats ont beaucoup évolué ces derniers mois. L’hybride semble la tendance à moyen terme, les technologies permettant maintenant de mettre en scène de manière très professionnelle les événements d’entreprise. Et probablement qu’un ingrédient sera recherché quasiment à chaque fois par le public : « what’s in it for me ? ». Le temps d’écran doit réellement rapporter à celui qui l’a investi. Donc la conférence qui m’apprend quelque chose et me crée des émotions est celle qui aura le plus de succès d’audience et d’engagement.

Qu’est-ce que la crise Covid aura changé au marché de la conférence, selon vous ?

Le virus a détruit le marché en cassant le lien social. Beaucoup d’acteurs ont déposé le bilan alors qu’ils faisaient partie du paysage depuis de nombreuses années. Des centaines de collaborateurs ont été mis au chômage technique.
Des milliers d’intermittents ont dû changer de métier. C’est donc une perte énorme d’intelligence et de savoir-faire.

Les rédacteurs en chef et les animateurs se sont adaptés, et les conférenciers ont investi dans une version plus TV que théâtre de leurs conférences

Mais, les plus résilients d’entre nous ont proposé des alternatives aux clients. Après une période de sidération collective, l’écoute est revenue. On a repris conscience de l’importance des événements pour réveiller, fédérer, remettre les équipes en mouvement. L’innovation a redémarré pour proposer de nouvelles façons de faire : les studios d’enregistrement ont poussé, les plateformes se sont démocratisées, les rédacteurs en chef et les animateurs se sont adaptés, et les conférenciers ont investi dans une version plus TV que théâtre de leurs conférences. Mais à la fin, les conférences proposées continuent d’apporter des émotions, matière à réflexion, et bien souvent un call to action…

www.lespeakers.com

À lire aussi