News

Les freelances de l'événementiel unis pour lutter contre le COVID-19

Face à la crise de leur secteur et à l'urgence sanitaire, des freelances de l'événementiel se sont rassemblés en collectif, dès le mois de mars, afin de proposer leur expertise et leurs compétences aux associations, institutions, collectivités et pouvoirs publics qui luttent contre le COVID-19. Ils sont aujourd'hui 900 à proposer leurs services sur la plateforme solidaire Free&Dispo. Rencontre. 

Publié le 08/04/2020 à 16:25, mis à jour le 08/04/2020 à 16:25.

Free&dispo collectif Freelance événementiel
© Free&Dispo

Comment vous est venue l’idée de lancer le collectif de freelances de l’événementiel, Free&Dispo ?
L’idée s’est imposée assez vite et naturellement. Le secteur de l’événementiel a été l’un des premiers à être touché. Dès début mars, nous avons commencé à échanger et à se demander : comment être utile et donner de notre temps face à la crise, sachant que l’événementiel regorge de compétences et d’expertise ? Partant de cette envie et de cette énergie commune et solidaire, le site Free & Dispo s’est monté en une semaine. Nous avons rapidement identifié que le meilleur moyen d’entrer en action était de mettre en place une plateforme de mise en relation des freelances de l’événementiel et de la communication avec ceux qui luttent contre le COVID-19 et qui ont besoin d’aide : Free&Dispo. En un week-end, plus de 450 freelances se sont inscrits pour proposer leur expertise. Aujourd’hui, nous sommes plus de 900. 

Quels sont les domaines sur lesquels vous pouvez intervenir ?
Nous pouvons être efficaces à grande échelle, car, en tant qu’acteurs de l’événementiel, nous disposons de compétences très variées. Par exemple, nous avons formalisé des messages de prévention et des vidéos en motion design pour une association qui œuvre contre le syndrome du bébé secoué (phénomène qui a augmenté avec le confinement). Ou encore, nous accompagnons une association de continuité pédagogique dans la mise en place de systèmes de visioconférences et de formations à destination des enseignants. Nos actions peuvent être multiples. 
Nous pouvons intervenir pour monter des plateformes comme la nôtre, les accompagner pour gérer des bases de données complexes. Nous sommes également aguerris pour monter des structures éphémères, ou dans l’approvisionnement et la livraison de matériel par exemple. 

Faites-vous face à des difficultés ?
La principale difficulté à laquelle on se heurte est de faire connaître nos métiers et nos compétences. Les métiers de l’événementiel sont assez méconnus du grand public. Nous avons besoin que notre action soit relayée dans le but d’être utile et de pouvoir entrer en action de manière plus large. Nous avons également à nos côtés de nombreux prestataires qui jouent le jeu, qu’il s’agisse de transporteurs, d’imprimeurs, etc. Le secteur se mobilise vraiment face au COVID 19. Il ne faut surtout pas hésiter à nous solliciter.

Cette initiative préfigure-t-elle l’événementiel de demain, plus solidaire ?
Nous avons monté une association dont le but premier était de répondre à l’urgence. Mais le collectif fonctionne très bien, vite, tout est naturel. Cela nous amène à réfléchir à la suite : comment faire perdurer ce type d’action pour le secteur, mettre ensemble nos compétences, de manière pluridisciplinaire, pour inventer peut-être de nouvelles formes de travail ? C’est un bel enseignement. 

À lire aussi