News

Le traiteur A Table bientôt Entreprise Sociale et Solidaire

Offre de restauration adaptée aux saisons, locaux en voie de certification HQE, partenariats avec des entreprises de réinsertion ou encore passage d'ici la fin de l'année au statut d'Entreprise Sociale et Solidaire (ESS)... Pour le traiteur A Table, la RSE n'est pas un simple item mais une réalité que nous sommes allés découvrir dans ses laboratoires d'Epinay.

Publié le 05/10/2020 à 16:13, mis à jour le 04/11/2020 à 19:10.

A Table exterieur
© DR

Marie-Anne Canto, fondatrice du traiteur A Table, fait partie de ces femmes qui ont le dynamisme contagieux. Evoluant dans un secteur très majoritairement masculin, on ne peut que s’arrêter sur son parcours et le travail effectué depuis 2005 et la création de la marque. Depuis son expropriation de Saint-Ouen pour cause de travaux en vue des JO 2024 - comme les traiteurs Fleur de Mets et Fauchon - A Table se découvre désormais depuis une ancienne manufacture d’Epinay pour des bancs d’essais avec les organisateurs d’événements. “Des entrepôts tout neufs de 1 500 mètres carrés pour maitriser notre chaine de valeurs et notre qualité”, insiste Marie-Anne Canto. Et un site éco-conçu en voie de certification HQE avec son propre espace de permaculture. Depuis 2005 qui marque les débuts du traiteur positionné initialement sur de l’assemblage, A Table a évidemment fait évoluer son offre. Une montée en gamme qui lui permet aujourd’hui de travailler avec des grands comptes comme Orange ou LVMH.

Image
A Table Permaculture

« Nous sommes en train de modifier nos statuts pour devenir une ESS. Tout le process de décision sera mené en concertation via un comité stratégique constitué de salariés, de clients, de fournisseurs, des collectivités locales, etc. Les rémunérations et les distributions de dividendes seront également encadrées. C’est le sens de l’histoire que de revoir ces sujets là et nous sommes dans un secteur qui permet plus facilement une telle démarche » assure Marie-Anne Canto.

Image
Plateaux repas

Membre du conseil d’administration de Willa, l’incubateur valorisant la mixité dans la Tech (ex Paris Premières), Marie-Anne poursuit ses projets malgré une activité en baisse de 50% depuis la crise sanitaire. Une crise traversée notamment grâce à l’activité plateaux-repas qui tourne à plein régime, le traiteur ayant notamment fourni les Hôpitaux de Paris tous les jours durant 6 semaines. Et une activité qui a permis au traiteur de ne pas fermer et de développer de nouvelles offres tels que des plateaux petit-déjeuner, des lunch box, etc. Prochain projet, la création d’une structure d’insertion permettant  de développer des partenariats tels celui déjà existant les Café Joyeux. A Table souhaite par ailleurs avoir un ancrage local assez fort, d’où des contacts réguliers avec la mairie et l’agglomération de communes. Avec dans les cartons, l’aménagement d’une barge en bordure de Seine et des locaux du traiteur pour un espace de restauration. A suivre donc…

Découvrir le traiteur A table

À lire aussi