News

Laurence Rousseau : « A terme, nous aurons besoin de remettre de l’humain dans tout ça. »

Directrice de la rédaction de Meet-In, à l'origine d'un trend book sur les tendances 2020, Laurence Rousseau donne sa vision des tendances à venir, de l'évolution de l'événementiel pour le futur, et évoque les différents scenarii possibles. Interview. 

Publié le 22/04/2020 à 15:18, mis à jour le 22/04/2020 à 15:18.

Laurence Rousseau Meet-In les tendances events 2020
© DR

Vous avez sorti un trendbook « Les 20 tendances pour 2020 ». Avec la crise sanitaire qui impacte fortement l’événementiel, comment voyez-vous l’évolution de ces tendances ? 
Dans notre cahier de tendance, nous avions consacré une partie à la gestion de crise, avec les grèves, les happenings etc. Nous avions le sentiment que les professionnels étaient assez peu préparés à trouver des réponses. Là, nous passons à une étape beaucoup plus importante, puisque tout est arrêté. La parade a été trouvée en digitalisant un maximum. 

Cette évolution vers plus de digitalisation va-t-elle concerner tous les events, sur le moyen et long terme ?
Sur le moyen terme, les marchés vont évoluer de manière différente. Les séminaires et small meetings risquent de souffrir pendant plusieurs mois de la situation. Les entreprises vont avoir des difficultés financières. Après la crise sanitaire, la crise économique est inévitable. Il est possible que les entreprises continuent de fonctionner avec les outils à distance. Mais à terme, nous aurons besoin de remettre de l’humain dans tout ça.
Quant aux events corporate et de plus grande envergure, il est probable que l’activité reprenne parce qu’il va y avoir nécessité de reprendre la parole, de consolider les liens avec l’écosystème. Les liens sont compliqués en ce moment. Cela va être le bon moment pour remettre à plat les relations agences annonceurs, pour solidifier la relation. 
Le dernier point concerne les événements grand public. Tout ne va pas se rouvrir du jour au lendemain. Est-ce que la crainte de se retrouver en grand nombre va perdurer ? 

Comment voyez-vous l’avenir ?
Nous rêvons tous d’une sortie de confinement festif et dans l’exultation générale, à la manière des scènes de liesse qui ont marqués la Libération de Paris en août 44. Mais les scenarii avancés aujourd’hui par les pouvoirs publics nous font d’ores et déjà déchanter. Ce sera long, progressif, fragmenté. Et le pire des scénarios serait la stratégie du « Stop and go » où l'on oscillerait entre des périodes d’activité normale et de nouveaux confinements. Ce serait une catastrophe pour le secteur des salons, congrès et événements qui a besoin de visibilité à moyen terme. Comme je le disais précédemment, dans un tel contexte d’imprévisibilité le long terme c’est demain ».Il va falloir que la profession se mette en ordre de bataille pour anticiper ce type d’épidémie, prévoir des scénarii de crise, en tirer les enseignements. Peut-être qu’il faut envisager de petits événements sur plusieurs territoires. Il faut aussi penser la reprise mais pas forcément comme avant. 

Y-a-t-il du positif dans tout ça ?
Ce qui est intéressant aussi, c’est cette notion de solidarité, rattaché à l’expression de la raison d’être de beaucoup d’entreprise. Elles ont aujourd’hui l’opportunité d’en faire la démonstration : passer de la parole aux actes comme le font les centres de congrès qui accueillent des actions solidaires. Ce lien-là pourrait continuer durant les creux d’activité, pas seulement durant les périodes de crise. 

Pour commander le trendbook des tendances 2020, c'est ici. 

À lire aussi