News

Comment redonner son lustre à la parole scientifique ?

A trop voir se multiplier les prises de paroles, souvent contradictoires, de scientifiques et autres chercheurs lors de la crise de la Covid 19, le public s’est détourné de ces profils jusque-là respectés. A l’heure de la multiplication des fake news et du commentariat, il est pourtant plus que jamais crucial de redonner toute sa place aux faits et à leurs preuves.

Publié le 05/05/2021 à 13:00, mis à jour le 05/05/2021 à 17:08.

ALBERT EINSTEIN
© DR

Effet collatéral de la crise épidémique, le respect du discours scientifique a quelque peu du plomb dans l’aile. En effet, légitimement inquiets lors de l’apparition du virus, les citoyens du monde entier ont écouté avec avidité épidémiologiques, immunologues et autres chefs de service de réa venus éclairer une crise inédite sur les plateaux télé, notamment les chaînes d’info en continu. Et ce jusqu’à l’overdose de prises de paroles de spécialistes sortant parfois de leur champ de compétences. Résultat, ceux qui avaient pour mission d’expliquer et de rassurer, ont semé le trouble dans les esprits, quand ils n’ont pas tout simplement alimenté la défiance ou des théories du complot.

Urgence à redonner sa place au débat

Pourtant, la démarche scientifique n’a jamais été autant nécessaire dans le débat public, même si elle peut apparaître à contretemps d’un timing dicté par les médias et des décisions politiques. Le temps long pour les uns, l’attente de quasi-immédiateté pour les autres. Cette différence de temporalité n’explique cependant pas tout. Car si le public est en quête d’explications, il souhaite aussi écouter des spécialistes accessibles et non des personnalités enfermées dans leur tour d’ivoire ou leur jargon métier. Qui plus est dans le cadre d’un événement d’entreprise où les problématiques sont difficilement transposables même si beaucoup de sujets d’avenir comme le changement climatique par exemple méritent l’éclairage de spécialistes.

Attente de didactisme

Si l’on veut s’attaquer avec justesse aux grands enjeux de sociétaux, on ne fera pas l’économie d’une parole éclairée et argumentée. Comme le rappelait dans nos colonnes le directeur de Franceinfo Vincent Giret à l’occasion de Médias en Seine, « Beaucoup de sujets d’actualité tels que notre alimentation, la mobilité, l’énergie, ont une résonance scientifique ». Sans compter le thème majeur du défi climatique sur lequel de nombreux scientifiques se sont exprimés depuis les années 70, sans que leurs paroles ne portent hélas... Pour changer le cours des choses, il va falloir remettre le scientifique à sa juste place et l’accompagner dans sa manière de délivrer ses messages.

Rendre plus didactique le discours de sachants davantage habitués à partager avec leurs pairs qu’avec un public de non-initiés va nécessiter une adaptation sur la forme comme sur le fond. Faire de la vulgarisation de qualité n’est en rien inaccessible, qui plus est à l’heure de l’omnicanalité et des formats digitaux. Les scientifiques qui emprunteront ce chemin-là apporteront leur juste contribution au débat public, réhabiliteront la parole experte et, espérons-le, susciteront attention du public et pourquoi de nouvelles vocations…

À lire aussi