Entretiens

Vincent Beaufils : « Tous les signes sont là pour réinitialiser le capitalisme »

Le Sommet de l'économie, organisé par Challenges le 4 décembre, s'attache pour sa sixième édition à « réinitialiser le capitalisme ». Vincent Beaufils, directeur de la rédaction de Challenges, nous explique le contexte de cette thématique, les voies possibles pour y parvenir, et détaille le programme de l'événement.  

Publié le 27/11/2019 à 17:48, mis à jour le 29/11/2019 à 09:23.

Photo de Vincent Beaufils
Vincent Beaufils : "Réinitialiser l'économie" © Lebedinsky

Si vous deviez décrire les Sommets de l’économie. Que diriez-vous ?
En plus de notre pédagogie de l’économie dans Challenges, nous organisons une fois par an un grand événement qui doit aussi faire avancer la pédagogie de l’économie. C’est une manifestation qui se veut le point de rencontre entre le monde politique, le monde économique et la société. Nous nous efforçons d’établir des passerelles entre ces mondes.

Pourquoi ce thème « Réinitialiser le capitalisme » ? 
Cette année a été une succession d’avertissements pour le capitalisme. Ça a commencé avec les Gilets Jaunes en France. Notre dernier sommet, avec son thème « Réconcilier les deux France », avait d'ailleurs vu juste. Autre avertissement : Emmanuel Macron qui dit à Genève que « Quelque chose ne fonctionne plus dans l’organisation du capitalisme ». Puis Jamie Dimon, PDG de JP Morgan Chase, la première banque du monde, qui est aussi à la tête de la Business Round Table, sort un communiqué disant qu’il fallait aller vers un capitalisme plus inclusif. Enfin, le Financial Times, bible de la globalisation, a fait de son développement un axe autour de "Reset Capitalism", ce qui faisait parfaitement écho au titre que nous avions déjà choisi. 
Tous les signes étaient là.

Comment s’oganise le Sommet ?
Nous avons construit cette journée en trois parties : Réparer le logiciel ; Reconstruire l’entreprise, qui posera les questions de conjuguer équité et performance notamment ; Réconcilier économie et écologie avec un ensemble de débats qui mettra Yannick Jadot face aux dirigeants d'entreprises. 
La veille du Sommet, le 3 décembre, nous organisons un diner où Jeremy Rifkin et Bruno Le Maire se répondront pour tenter de déterminer vers quel capitalisme nous devons aller. Ce dîner d’ouverture nous donne de belles perspectives entre un essayiste américain et un homme politique français qui s’interrogent tous les deux sur ce que doit être le nouveau capitalisme et sur les voies de sorties.

Quelles sont les nouveautés de cette 6e édition ?
Le dîner d’ouverture est la grande nouveauté de cette année, et cela correspond à une demande de nos partenaires d’organiser des moments de networking. Le dîner a ainsi pour objectif de faciliter les échanges entre les partenaires tout en profitant d’une tribune de qualité. Trois plages d’intervention sont prévues : l’une de Jeremy Rifkin, l’autre de Bruno Le Maire, puis une session de questions / réponses avec la salle. Tous deux ont des approches différentes mais qui se complètent. 

Quels seront les temps forts selon vous ? 
Pour moi, il y a quatre temps forts. 
Le diner tout d’abord, qui lance cette 6e édition avec deux intervenants de haut niveau. 
Ensuite, durant le Sommet, l’intervention de Thomas Piketti, critique n°1 du capitalisme et de ses inégalités, sera probablement un moment à ne pas manquer. 
Plus tard dans la journée, nous allons introduire une séquence « No Bullshit pour les millenials » de manière caustique avec une scénette de théâtre. 
Enfin, la dernière partie du Sommet, Yannick Jadot face aux patrons, sera également un moment important.  

« Réinitialiser le capitalisme », c'est juste un thème ou une véritable feuille de route pour Challenges ? 
A Challenges, nous célébrons le monde de l’entreprise tout en ayant un regard d’observateur pour en dénoncer les excès. Nous sommes un fédérateur d’opinions qui peuvent aider à tracer les chemins d’un nouveau capitalisme. 
Cette thématique « Réinitialiser le capitalisme » pourrait très bien se transformer en baseline. Si on réfléchit à la raison d’être de challenge, aujourd’hui nous nous situons entre deux voies : transmettre l’énergie de l’économie, mais aussi réinventer le capitalisme. Ce Sommet, avec sa thématique « Réinitialiser le capitalisme », marque une date importante. 

Par quelles actions Challenge peut-il marquer sa différence et participer à « réinitialiser le capitalisme » ?
Nous publions par exemple chaque année un palmarès des patrons performants. Nous voudrions cette année que ce palmarès ne soit pas établi uniquement avec des critères économiques et financiers, mais aussi d’équité, de parité, et de développement durable. 
C’est un objectif, et ce serait une très belle manière d’exprimer ce qu’est Challenges. 

Que représentent les événements pour Challenges ?
Nous n’avons pas de cellule événementielle. Nos événements sont entièrement portés par la rédaction, qui est très impliquée, dans la conception, puis l'animation et la couverture de la manifestation. Par ailleurs, en plus du Sommet de l'économie, nous organisons des Sommets des start-up, que nous déclinons en régions, tout au long de l’année.
Cela fait partie du socle de Challenges. Ces événements nous permettent d’affirmer d’avantage notre rôle dans l’écosystème économique et entrepreneurial français, et de faire avancer la pédagogie de l’économie. C’est aussi un moyen de se diversifier. Et ces diversifications sont désormais plus rentables que l’activité print. 

Pour s'inscrire au Sommet de l'économie, c'est ici.

En savoir plus sur...

Les événements rattachés

mer. 04 déc
Paris
Palais de Tokyo
Replay

6e Sommet de l'Économie 

Image
Visuel 6e Sommet de l'Économie 

08:30

Pour la 6e édition du Sommet de l'Économie, le 4 décembre 2019, le thème "Réinitialiser l'économie"...

À lire aussi