Entretiens

« Le grand enjeu collectif de la filière, c’est cet excès de normes spécifiques à la publicité qui s’accélère. »

Fidèle à sa mission de pédagogie et de compréhension des règles d'éthique en publicité, l'ARPP organise, tout au long de l'année des formations à destination des professionnels, des étudiants et, depuis peu, des start-up. Retour, avec Stéphane Martin, DG de l'ARPP, sur le programme de formations et les enjeux à venir. 

Publié le 04/12/2019 à 17:56, mis à jour le 04/12/2019 à 17:57.

Stéphane Martin DG ARPP interview
© DR

Quelle est la place des formations au sein de l’ARPP ?
Dans les missions de l’ARPP, une fois que la profession a établi ses règles déontologiques, qu’elle nous charge d’aider la profession au quotidien, nous entrons dans une phase de pédagogie dans laquelle s’inscrivent ces ateliers de formations. 
Depuis quelques années, nous sommes partenaire de Media Institute. Nous avons tout d’abord adapté en France des ateliers européens de l’EASA (European Advertising Standards Alliance), qui permettent de comprendre le pourquoi des règles. Ces ateliers ont lieu tout au long de l’année, sur différents thèmes que l’on sait être des sujets d’importance au quotidien, comme, le 10 décembre, « Publicité et produits cosmétiques » par exemple. Nous organisons également des ateliers à destination des étudiants. Cela fait partie de nos missions d’informer sur le rôle et la place de l’autorégulation de la publicité comme dispositif utile à ces futurs professionnels. 
En 2019, nous avons créé des modules de formation en ligne sur l’éthique en publicité, pour répondre aux besoins de nos adhérents en région et à l’étranger, qui ont besoin de se mettre à jour sur les règles.  
Enfin, nous sommes intervenus dans plusieurs événements dédiés aux start-ups et nous avons constaté ce besoin d’accompagnement spécifique pour ces nouveaux entrepreneurs qui n’ont pas forcément de notions des règles d’éthique en publicité. Nous avons donc créé des formations dédiées aux start-up.

Avez-vous déjà une vision du calendrier 2020 ?
Le calendrier est déjà en place pour 2020, car il s’inscrit dans un plan de formation de toutes les entreprises du secteur. Les dates sont déjà actées. Le 14 janvier, nous organisons une formation sur les produits financiers. Le 7 avril, le digital et les influenceurs. Le 14 avril et le 6 octobre seront dédiés aux les start-up. 
Ce sont des formations qui reviennent régulièrement car nous voulons conserver des petits groupes. 

A Innov’Audio, le 20 novembre, vous avez annoncé le lancement des travaux déontologiques du marketing digital audio. Pourquoi ces nouveaux travaux ?
L’audio est un marché qui grandit et qui a donc besoin d’édicter et de partager des règles communes. Les règles se construisent avec les acteurs. La première étape est de balayer tous les questionnements, notamment sur la notion d’identification de la publicité et de l’annonceur en audio, sur du podcast, du contenu de marque, du placement de produits. Nous n’en sommes encore qu’au début puisque la première réunion de travaux a eu lieu le 19 novembre, la veille d’Innov’Audio. 

Selon l’ARPP, quels sont les enjeux à venir pour la profession ?
Il faut veiller à ce que le droit dur, par des propositions de lois, des décrets, ne vienne pas restreindre la liberté de création. Il est important de préserver l’équilibre entre la liberté de création et le droit de chaque citoyen à ne pas être choqué et à être informé. On note un excès normatif dans la publicité pour l’automobile par exemple, avec des mentions obligatoires qui ne tiennent pas compte des limites de temps et d’espaces et viennent amoindrir la création et donc l’efficacité. 
Le grand enjeu de la filière, c’est cet excès de mentions, de normes spécifiques à la publicité qui s’accélère. C’est un combat que nous menons collectivement. 

En savoir plus sur...

Les événements rattachés

mar. 03 déc
Paris
Media Institute
Replay

Formation ARPP - First step as a brand 

Image
Bannière First step as a brand

09:00

Comment communiquer de manière éthique et loyale en tant que startup ? Le programme de cette matinée...

À lire aussi