Entretiens

« Nous aurons une quarantaine d’applis métiers dans Zoom Apps d’ici janvier 2021 »

Incontournable de nos réunions virtuelles, Zoom se développe afin de devenir une plateforme globale de communication. On en parle avec Loïc Rousseau, directeur des opérations stratégiques EMEA de Zoom, en amont de son intervention du 15 décembre au Club Edouard 7. 

Publié le 09/12/2020 à 14:40, mis à jour le 09/12/2020 à 17:14.

Loic Rousseau
© DR

La plupart des Français ont découvert Zoom à l’occasion du premier confinement. Pouvez-vous nous faire un rapide historique de l’entreprise ?
Zoom Videos Communication est une entreprise californienne créée en 2011 par Eric Yuan, ancien VP engineering de WebEx. Il a développé sa vision de la vidéoconférence pour les réunions pour faire de Zoom aujourd’hui une plateforme globale de communication. Mais tout a commencé initialement autour de la vidéo.

Avez-vous des retours de vos utilisateurs sur la question de l’audience ? Un event sur Zoom est-il plus suivi qu’en IRL ?
Les webinars existaient bien avant le confinement, tout comme le télétravail. Le Flex Office s’est démocratisé également donc nous avons le même taux de retour avec un taux de participation bien plus élevé compte tenu des périodes de confinement. Lorsque les webinars sont inscrits dans les agendas, les gens participent, d’autant qu’ils ont uniquement à cliquer sur un lien. Il n’y a plus de problématique de manque de temps, de transports à gérer ou de météo défavorable. Tout est simplifié avec la vidéoconférence et le télétravail.

Comment allez-vous faire évoluer votre offre pour qu’elle devienne pérenne au-delà de la crise sanitaire ?
Quand on regarde les chiffres de nos récents résultats financiers on se rend compte que notre croissance est liée à nos clients payants. Nous ne sommes donc pas inquiets sur la pérennité de notre offre au-delà de la crise sanitaire car c’est principalement l’utilisation des comptes gratuits qui risque de changer. Ce qui a été mis en place à l’occasion de cette crise perdurera. Les travailleurs en tout genre se sont familiarisés avec cette flexibilité. Chez Zoom par exemple, nous n’avions pas mis en place de solutions de télétravail et nous voyons bien que ce dispositif est plébiscité.

Le management français s’est aperçu que les salariés étaient très productifs en télétravail

Le management français s’est aperçu que les salariés étaient très productifs en télétravail, il suffit juste de responsabiliser les personnes et de les faire adhérer au projet de groupe. Par ailleurs, les entreprises vont faire des économies sur l’immobilier, elles se sont adaptées au niveau informatique en matière de sécurité, donc tout est en place pour que la vidéoconférence se pérennise dans le temps.

De plus, notre plateforme de communication globale possède une interopérabilité entre les salles de réunion, les laptops et les smartphones. Elle inclut donc la téléphonie, le tchat, la vidéo, les salles de réunion, les webinars, ou encore Zoom Apps. Tout ceci a été annoncé durant l’événement Zoomtopia de mi-octobre, et d’ici janvier, nous aurons une quarantaine d’applications métiers type Slack ou autres dans Zoom Apps.

Selon vous, est-ce que Zoom signe la fin des salles de réunion dans les bureaux ?
Je ne le pense pas. Il y aura toujours des personnes en présentiel en salle de réunion et d’autres qui se connecteront depuis différents endroits. Et au lieu d’avoir uniquement 10 personnes présentes, peut-être augmenterez-vous la jauge grâce à cette flexibilité. Cela étant, nous sommes latins et donc l’envie de se voir et de partager le café-croissant sera toujours présente. Mais rappelez-vous les grèves, les problèmes de transport, bien avant la crise sanitaire. La solution du télétravail et de la vidéoconférence s’imposait déjà d’elle-même.

Zoom et les nouveaux usages ? Sont-ils en développement ?
Pouvoir partager son écran et jouer avec d’autres personnes sont des utilisations qui ont vu le jour durant la période particulière du confinement. Nous nous adaptons donc à l’environnement et à nos utilisateurs. Je pense à la plateforme OnZoom avec laquelle les professionnels peuvent prendre une licence pour créer sa propre marketplace, le tout appuyé par notre expertise de la digitalisation. Dans le domaine de l’entertainment et du sport en particulier, des clubs comme l’Olympique de Marseille ou le Bayern de Munich ont utilisé Zoom pour faire leurs entrainements.

Nous sommes sponsors de la F1 afin de rendre plus accessible les grands prix via la vidéo

Aujourd’hui nous sommes sponsors de la F1 afin de rendre plus accessible les grands prix via la vidéo. On peut aller dans les paddocks, suivre les courses, faire des interviews, etc. Au Danemark, toute une série d’écrans connectés en Zoom a permis de suivre un match et les joueurs voyaient ainsi leurs supporters sur écran. Le champ des possibles est complètement ouvert. 

Comment améliorer la convivialité depuis Zoom ?
Prenons par exemple le fond que vous voyez derrière moi. Eh bien ce n’est pas chez moi ! La convivialité, cela peut passer par les différents virtual backgrounds que nous proposons, des fonds virtuels qui n’étaient que des gadgets initialement mais qui s’avèrent très utiles pour ne pas dévoiler son intimité mais aussi pour scénariser son intervention. Nous avons fait des améliorations avec la possibilité d’incruster des images, de plugger sa caméra Snapchat, etc. Surtout, il est possible de visualiser jusqu’à 49 vignettes vidéos en simultané sur une même page. Tout ceci participe à l’expérience Zoom, à la fois accessible par tous et conviviale.

En savoir plus sur...

Les événements rattachés

À lire aussi