Entretiens

"Les réservations de lieux événementiels pour octobre et novembre affichent une progression de 30% par rapport aux années précédentes "

Comment s'adapte le marché des meetings dans le contexte des Jeux olympiques et paralympiques ? On a posé la question à Laurent Gabard, directeur général de la plateforme Rejolt, dédiée à l'organisation d'events. 

Publié le 18/06/2024 à 15:11, mis à jour le 18/06/2024 à 15:25.

Laurent Gabard
© DR

Dans le contexte des J.O, constatez-vous un changement dans la demande des donneurs d’ordre, en termes de date ou de lieu ? 

La période mi-juillet à mi-août est traditionnellement une période de faible activité en matière d'événements d’entreprise. L’impact précisément sur cette période est donc limité. Néanmoins, cette année, bon nombre d’entreprises ont décidé d’avancer en juin les événements prévus début juillet, et de reporter à l’automne, sur les mois d’octobre/novembre, leurs événements initialement prévus entre fin août et mi-septembre. A date, les réservations de lieux pour ces mois d’octobre et novembre affichent ainsi une progression de 30% par rapport aux années précédentes.

Ces avances et/ou reports, sont particulièrement destinés à éviter les complications de transport et d’hébergement liées aux préparatifs des J.O sur juillet et aux jeux paralympiques de fin août-début septembre sur Paris et l'Ile-de-France. Nous conseillons d’ailleurs aux entreprises de ne pas trop tarder, si elles veulent pouvoir choisir les hébergements et les animations qui leur conviennent au cours de l’automne prochain, car si la tendance persiste, la période s’annonce très chargée. 

Les lieux de séminaires en région bénéficient d’un report des manifestations BtoB cette année.

Autre effet J.O, les entreprises organisent certains de leurs événements ailleurs qu’en Ile-de-France. Les lieux de séminaires en région bénéficient d’un report des manifestations BtoB cette année. On note en particulier une forte augmentation de demandes de lieux dans la nature, à taille humaine. Cette tendance existait depuis la crise sanitaire, mais elle se renforce encore cette année, et permet à des lieux plus excentrés de se faire connaître de la clientèle d’affaires.

Comment se profilent les dernières semaines de juin, mois généralement très demandé pour l’événementiel corporate ? 

Le mois de juin 2024 est un peu différent des années précédentes, avec une forte concentration des événements sur les trois premières semaines, puis une accalmie à partir de la semaine du 24 juin. Mais il reste bien sûr possible d’organiser de petits événements de dernière minute, tant qu’ils ne se trouvent pas dans les zones de circulation restreinte. La très grande majorité des lieux, en Ile-de-France comme partout en France, conservent de bonnes capacités d’accueil sur tout le mois.

Beaucoup de prestataires s’inquiètent de l’après J-O et d’un tassement de la demande. Quel est votre sentiment ? 

Nous observons plutôt l’inverse : un décalage de la demande des entreprises vers l’après-J.O, quand les salariés seront tous revenus en poste et que l’organisation du travail au quotidien aura repris son cours normal. Nous nous attendons à une fin 2024 chargée, et globalement à une année en progression. Nos clients ont tendance à organiser des événements rassemblant de plus en plus de collaborateurs, car le besoin de contact entre équipes reste fort. Nous voyons également émerger une demande croissante d’événements en région, pour fédérer les collaborateurs au plus près des implantations locales de nos clients. 

Y a-t-il  un effet sport et J.O en termes d’incentives et d’animation séminaire ? 

Oui, nous enregistrons beaucoup de demandes pour des animations autour du sport. Certaines entreprises proposent à leurs collaborateurs des visites d’équipements sportifs construits pour les J.O, comme l’Arena de la Porte de la Chapelle à Paris.

D’autres optent pour des team-buildings sportifs, permettant de renforcer l’esprit d’équipe tout en faisant passer des messages RSE.

D’autres optent pour des team-buildings sportifs, permettant de renforcer l’esprit d’équipe tout en faisant passer des messages RSE. C’est par exemple le cas des Paralympiades, une animation proposée par notre partenaire Autreman. Dans ce jeu multi-missions en équipes, les participants sont mis en situation, à chacune des 6 épreuves, d’une forme de handicap (visuel, moteur…). Ce challenge apporte, au-delà de sa dimension ludique, une forte valeur ajoutée dans la sensibilisation au handicap en entreprise. D’autres prestataires proposent des Olympiades de l’entreprise, mêlant énigmes à résoudre et défis sportifs, avec toujours une dimension collective. Ces épreuves, conçues pour être accessibles à tous, peuvent s’organiser dans n’importe quel espace vert, sans nécessiter de grosses opérations logistiques.

Pensez-vous que l’incertitude politique actuelle va freiner l’activité Meetings & Events ?

Nous ne constatons aucun impact à ce stade, la demande d'événements fédérateurs reste très soutenue pour l’automne.

 

 

À lire aussi