Entretiens

« L’édition de Marseille va permettre à la communauté des Napoleons de renouer avec le présentiel » 

Avant que les Napoleons ne reprennent le chemin d'Arles en juillet prochain, la communauté se retrouvera dès le 26 mai à l'occasion d'une édition 100% marseillaise. On en parle avec Mondher Abdennadher et Olivier Moulierac, organisateurs enthousiastes à l'idée de ce rendez-vous en live.  

Publié le 19/05/2021 à 16:05, mis à jour le 20/05/2021 à 10:15.

OLIVIER MOULIERAC ET MONDHER ABDENNADHER
© DR

Comment se porte la communauté des Napoleons ? Elle a hâte de se retrouver j’imagine ?

Mondher : Absolument. Comme tout réseau qui se respecte, nous avons entretenu une relation dense avec notre communauté au travers d’apports de contenus réguliers. Il fallait maintenir la complicité qui soude la communauté dans l’attente d’un retour du présentiel souhaité par tous. Durant les premiers mois de la pandémie, marqués par la solidarité et le besoin de compréhension, nous avons partagé des contenus de chercheurs, de philosophes ou de penseurs que nous avons reçu sur nos précédentes éditions aux Napoleons afin de comprendre comment vivre ce moment totalement inédit. Par ailleurs nous avons levé de l’argent pour des actions de solidarité, en direction des violences faites aux femmes par exemple. Comprendre la période et aider ont donc animé nos premières actions. Notre fonds de dotation, Napoleons Venture philanthropy a totalement axé son action en faveur de l’égalité femmes-hommes.

Ensuite, la seconde étape a été marquée par l’impatience de la liberté, de se retrouver et de sortir de la crise, période durant laquelle nous avons produit beaucoup de contenus de coalition sur des sujets de plaidoyer notamment.

Est-ce que le besoin d’inspiration et de sérendipité n’est pas encore plus fort cette année que les précédentes ?

Mondher : Notre communauté est très engagée, elle fait des choix de vie assez affirmés. Le message à retenir est sans doute qu’on ne peut plus se permettre de jouer avec les enjeux fondamentaux. Le temps des paroles cède la place à l’action, et une action plus affirmée. Et ce, que ce soit sur les sujets d’environnement, d’éducation, d’égalité, ou encore de justice sociale. On sent une réelle impatience à faire aboutir plus vite les projets, d’accélérer avec parfois une volonté d’en découdre.

Il n’y a plus à choisir entre le profit et l’engagement car désormais l’un ne va pas sans l’autre.

Deuxième constat, les gens semblent paradoxalement plus apaisés. Ils sentent bien qu’il n’y a plus le choix que de penser au futur du travail, à l’émancipation - thème central de nos rencontres de Marseille - qu’il n’y a plus à choisir entre le profit et l’engagement car désormais l’un ne va pas sans l’autre.

En dehors du pur sanitaire, avez-vous adapté l’événement à la faveur de la crise sanitaire ?

Mondher : Les Napoleons sont devenus entreprise à mission l’an dernier et nous serons certifiés B Corp très prochainement. Nous sommes donc devenus encore plus fermes dans nos engagements. Nous avons également lancé notre fonds de dotation il y a un an avec la fondation Bill & Melinda Gates et Focus 2030, et aujourd’hui nous avons de nouveaux mécènes et partenaires qui vont nous permettre d’accélérer l’innovation sociale et solidaire qui nous tient particulièrement à cœur.

Olivier : Outre l’aspect financier, nous allons aussi aider les associations qui portent de belles initiatives au travers d’actions de mentoring notamment, en nous appuyant sur les talents issus de la communauté des Napoleons qui peuvent les accompagner. C’est le cas par exemple de Diariata N’Diaye et son application App-Elles pour combattre les violences faites aux femmes ou encore de Rana Hamra, qui lutte contre la précarité hygiénique et de deux jeunes femmes qui ont créé un Institut du Genre en Géopolitique.

Une 12e édition placée sous le thème de l’émancipation. A quel type d’émancipation faites-vous référence ?

Mondher : Nous abordons toujours nos thématiques de façon très anglée. Sur cette nouvelle édition, notre envie est d’essayer de traiter les sujets de l’histoire de l’éducation, de l’émancipation des peuples, des communautés, du genre, etc. L’émancipation est en mouvement perpétuel, et les sujets inhérents à cette thématique ne sont pas aujourd’hui les mêmes qu’il y a 100 ans par exemple. Il y aura des débats notamment sur le politique et l’économique, cela va être extrêmement large et se ressentir dans le programme.

Olivier : En ouverture des rencontres nous recevrons l’acteur et réalisateur Forest Whitaker qui a sa propre fondation, WPDI. Celle-ci œuvre auprès des adolescents et des jeunes adultes sur des territoires de guerre pour les émanciper et tenter de recréer du vivre ensemble. Nous démarrerons donc avec son témoignage qui illustrera plusieurs facettes que peut prendre l’émancipation, à savoir l’altérité et le rapport à l’autre. Nous avons bien vu lors de la pandémie que la socialité est nécessaire à l’émancipation.

Nous parlerons également émancipation de l’homme par rapport à la nature. Ou encore de l’écriture comme moyen d’émancipation avec les témoignages de Leila Slimani et Camille Kouchner.

Sur un tout autre volet, nous nous interrogerons également sur la manière dont on peut aujourd’hui s’émanciper des GAFAM.

Nous aborderons tout ce qui permet aujourd’hui de revisiter notre époque en nous questionnant sur la manière de continuer à nous émanciper en tant qu’être humain

De manière générale, nous aborderons tout ce qui permet aujourd’hui de revisiter notre époque en nous questionnant sur la manière de continuer à nous émanciper en tant qu’être humain, face aux technologies, aux modifications de l’environnement, aux enjeux politiques, etc.

Les Napoleons nous propose un nouveau rendez-vous dans quelques jours à Marseille. Est-ce que cela signifie qu’il n’y aura pas de rendez-vous en Arles cet été ?

Olivier : Surtout pas ! Il y aura bien une édition cet été, du 21 au 24 juillet, sous la thématique du plaisir, et Dieu sait que nous en avons tous besoin !

Avec notre rendez-vous marseillais du 26 au 28 mai, nous souhaitions surtout compenser notre sommet hivernal à Val d’Isère qui n’a pas pu se tenir. Concernant le choix de Marseille, c’est pour nous l’occasion d’occuper le Fort Saint-Nicolas que nous met à disposition l’opérateur Actavista, l’une des filiales du groupe SOS. Et puis il y a une raison logistique puisque nous serons en extérieur et ainsi nous pourrons respecter les consignes sanitaires pour préserver la santé de nos participants. Nous partirons le 26 mai depuis Paris comme à l’accoutumée avec un train affrété par la SNCF et nous rentrerons le vendredi soir. Nous restons sur un format classique des Napoleons avec un volet conférences et des activités « Off ». Petite nouveauté, nous assurerons toute la partie restauration puisque les restaurants seront encore semi-fermés.

Mondher : Marseille nous intéressait pour la symbolique du lieu, car Actavista réalise de la réhabilitation de lieux patrimoniaux en faisant de l’insertion professionnelle de jeunes en difficulté. D’ailleurs Actavista sera l’un des acteurs de la construction de notre villa à Arles. L’édition de Marseille va donc nous permettre de retrouver très vite notre communauté, de compenser Val d’Isère et de mettre en valeur le travail de gens dont nous apprécions beaucoup l’engagement.

Olivier : Par ailleurs, nous aimons beaucoup trouver des lieux insolites et le Fort Saint-Nicolas n’étant pas encore ouvert au public, nous offrons à notre communauté un accès privilégié à ce site patrimonial qui n’a jamais reçu de tels événements.

Votre villa à Arles justement, quel est le projet ?

Mondher : C’est un projet en plein cœur d’Arles, qui si tout se passe bien sera livré courant premier semestre 2023. En tout cas le projet est sur les rails et nous en sommes absolument ravis. Ce lieu pilote nous permettra de rendre pérenne des initiatives que nous soutenons. Nous y accueillerons en résidence des projets que l’on aime. Et ce sera un lieu de rencontres où chaque membre de la communauté pourra apporter sa pierre à l’édifice. Il sera possible d’y faire résider nos membres car nous prévoyons une vingtaine de chambres. Ce sera également un lieu d’accélération de nos différents projets portés par notre fonds de dotation. Tout ceci constitue un levier formidable pour nous permettre d’aller jusqu’au bout de notre démarche et de nos actions.

En savoir plus sur...

Les événements rattachés

mer. 26 mai 2021
ven. 28 mai 2021
Marseille

Fort Saint Nicolas

Replay

Les Napoleons - Marseille 2021

Image
Les Napoléons - Marseille 2021, un événement organisé du 26 au 28 mai par Momentum

10:00

À sommet d'exception, lieu d'exception : c'est le Fort Saint Nicolas qui accueillera la 12ème éditio...

À lire aussi