Entretiens

« La rencontre amoureuse et la rencontre business sont assez proches : est-ce qu’on a envie, est-ce qu’on veut aller plus loin… »

S'inspirer de la rencontre amoureuse pour favoriser les rencontres business, c'est le principe des BigBoss, événements de networking qui placent le relationnel au coeur de la rencontre professionnelle. Pour MyEventNetwork, Hervé Bloch, le fondateur des BigBoss, revient sur les différents formats, leur efficacité, et les événements à venir. 

Publié le 21/08/2019 à 10:32, mis à jour le 21/08/2019 à 10:54.

Photo Hervé Bloch
© DR

Comment vous est venue l’idée des BigBoss ?
J’ai été animateur de speed-dating à la fin de mes études, et j’ai beaucoup observé. Cela m’a donné l’idée d’organiser des speed datings professionnels, sur le même principe : 7 minutes pour convaincre. Finalement, la rencontre amoureuse et la rencontre business sont assez proches, elles font appel à la même zone du cerveau : est-ce qu’on a envie, confiance, est-ce qu’on s’entend bien. Puis, j’ai décidé de faire ça avec plus d’ambition, en créant le format des BigBoss il y a 6 ans, qui mêle business et relationnel. 

Quel est le principe des BigBoss ?
Nos événements mixent business et relationnel, c’est ce qui fait notre force et la signature du format. La plupart des formats restent classiques avec des rendez-vous business, mais pas de temps consacrés aux « couloirs ». Travailler les couloirs, c’est-à-dire les à-côtés, c’est ce qu’il y a de plus important. Pour cela, nous prévoyons des temps dédiés au relationnel : nous pouvons affréter des avions, organiser des excursions, se retrouver autour d’une piscine. Tous ces moments vont cristalliser la rencontre humaine, et peuvent ensuite se convertir en business. On oublie trop souvent l’humain dans le business.

Comment sélectionnez-vous les participants ?
Dans nos événements, nous mettons en relation des donneurs d’ordre, porteurs de projets, et des prestataires qui savent répondre à leur problématique. 
Cela nécessite une sélection en amont. Notre équipe qualifie le projet de chaque Bigboss, leur budget, leurs sujets, etc. Nous vérifions aussi que les décideurs qui sont déjà venus précédemment à l’un de nos événements ont signé un deal à son issue. De même, nous vérifions que leur projet peut correspondre aux prestataires présents. Les événements BigBoss permettent de networker, mais pas seulement : le fait d’être porteur de projet est une condition sine qua non pour participer. En effet, les bigboss sont invités spécifiquement pour rencontrer des prestataires qui vont répondre à leurs projets. 

Vous avez développé un algorithme de « match making », comment ça marche ?
D’un côté, les prestataires qui se présentent sous forme de « claim », une série de mots évocateurs. De l’autre, les donneurs d’ordre vont cocher ces mots, en fonction de leurs projets du moment. L’un dit « je fais ce projet », l’autre « je sais y répondre ». Notre algorithme créé ensuite un planning de rendez-vous qui favorisent les plus pertinents. Les rendez-vous durent 7 minutes, sur le modèle des speed dating, ce qui oblige à un effort de synthèse, mais aussi à un effort d’écoute. Le porteur de projet note ensuite chaque prestataire. Les moments de networking vont ensuite permettre d’approfondir ces moments business. 

Êtes-vous en mesure de quantifier l’impact économique de vos événements ?
A date, plus de 80 millions d’euros ont été généré par le format des BigBoss, sur l’ensemble des premiers deals signés entre un prestataire et un décideur qui se sont rencontrés durant l’un de nos événements. Et pour vraiment calculer l’impact économique, il faudrait aussi considérer la durée de vie d’un deal, qui est en moyenne de trois ans. Beaucoup de nos prestataires nous déclarent un retour sur investissement multiplié par trois, voire plus. Les prestataires sont très fidèles au format.

Depuis le lancement des BigBoss, les formats ont-ils évolué ?
Nous avons beaucoup diversifié. Nous avons d’abord organisé des opus digitaux, du vendredi au dimanche, puis des diners, puis des Journées et des verticales. De même, nous nous adressons maintenant à différentes fonctions : des gens qui ont la digitalisation dans leur périmètre comme les DRH, directeur d’achat, etc. Nos événements ont pour vocation de les aider à passer le pas du digital.

Vous organisez les BigBoss Communication et marketing, le 1eroctobre, comment va se dérouler cette journée ?
Nous fonctionnons toujours de la même manière : nous organisons tout d’abord un diner, puis une Journée. Si c’est un succès, nous proposons un opus sur deux ou trois jours. Cette journée Communication et Marketing aura lieu dans Paris, et débutera par un petit déjeuner, suivi d’une conférence autour de la nano et la macro influence. Le speed dating est toujours au cœur du format. Un cocktail déjeunatoire est ensuite prévu pour commencer à créer du lien, puis les BigBoss meetings permettent d’approfondir les contacts initiés pendant les datings. La Journée se termine vers 16h.

Et la Garden party du 4 septembre?
C’est un moment très attendu, avec nos communautés les plus engagées, car sans logique financière, ni sponsoring : c’est la soirée pour annoncer la saison… et pour annoncer les nouveautés ! Nous allons d’ailleurs faire une grosse annonce à ce moment-là.

En savoir plus sur...

Les événements rattachés

mer. 04 sep
Neauphle-Le-Vieux
La Villa
Replay

BigBoss Garden Party 2019

Image
Photo Garden party

18:00

La BigBoss Team vous invite à sa Garden Party dans le cadre fantastique de « La Villa », sublime...

À lire aussi