Entretiens

« Nous sommes dans une dichotomie entre la recherche du meilleur prix et la recherche de qualité, de RSE. »

Le Consumer Day, c'est un rendez-vous proposé par Kantar à ses clients pour mieux comprendre les tendances de la grande consommation. Une journée pour décrypter, analyser, réfléchir et prendre du recul. Gaïdic d'Albronn, managing director chez Kantar Worldpanel, revient sur les temps forts et les enseignements de l'événement.

Publié le 04/03/2020 à 17:04, mis à jour le 04/03/2020 à 18:20.

Gaidic d'albronn kantar
© DR

Qu’est-ce que le consumer day ?
C’est un grand rendez-vous offert à nos clients pour mieux comprendre ce qui se passe dans la tête des consommateurs sur les produits de grande consommation. Chaque année, c’est un moment de partage des grandes tendances qui permet à nos clients de se projeter, de prendre du recul, de sortir du quotidien, et de savoir ce qu’il se passe, au-delà de leurs seuls marchés. C’est un moment de prise de hauteur, par des experts Kantar mais aussi par des intervenants externes qui viennent illustrer et mettre en lumière les tendances que nous pouvons observer. 

Concrètement comment s’organise le Consumer Day ?
C’est un rendez-vous qui rassemble de plus en plus de monde chaque année. La matinée une séance plénière a lieu sur des thèmes identifiés. Cette année, nous allons parler du besoin dichotomique des consommateurs : entre la recherche du meilleur prix et la recherche de qualité, de naturalité, de RSE. Nous sommes toujours dans cette dichotomie. Nous allons faire un point sur le bilan des EGA (Etats Généraux de l’Alimentation), qui avaient pour but notamment d’améliorer le sort des agriculteurs. 
Le matin, nous aborderons donc le passage d’une société de consommation à une société de « consommacteur » et ce changement de paradigme que l’on observe avec cette dualité qui n’est pas facile à réconcilier. Les DG des différentes divisions de Kantar apporteront leurs regards sur leurs secteurs.
L’après-midi, nous organisons deux ateliers sur le marché du fashion et de l’hygiène beauté, pour de petits groupes. Il s’agit d’éclairages spécifiques pour ces marchés. 

Quels seront les intervenants extérieurs le matin ?
Parmi les intervenants extérieurs, Anne-Marie Gauthier, directrice marketing et communication d’Intermarché viendra expliquer comment ils ont introduit la dimension RSE dans leur communication. Elisabeth Cony, Présidente de Madame Benchmark, fera avec nous un bilan croisé de l’EGA. Bruno Hoche, chef économiste du groupe Mars, se demandera si l’on peut vraiment parler de décroissance sur nos marchés de grande consommation. Florence Pradier, directrice de Coop de France donnera une vision de l’agriculture française concernant la transition alimentaire. Enfin, Dominique Schelcher, PDG de Système U, expliquera comment l’enseigne accompagne ces nouveaux consommateurs. 

La RSE est un sujet qui revient très souvent. Les entreprises ont-elles encore besoin de conseils et d’analyses à ce sujet ?
Il y a encore beaucoup de choses à faire. Les entreprises sont en recherche de bonnes pratiques, de retours d’expériences. Elles sont aussi en questionnement : est-ce que c’est une tendance qui va durer, à quel point cela va-t-il impacter nos marchés, va-t-on vers de la décroissance ? Il faut que ce soit un travail de filière, ce qui n’est pas encore le cas : chacun agit dans son coin, pas forcément de la même manière. Il y a encore besoin de travailler le sujet pour que cela devienne plus collectif, et travaillé dès l’amont. 

L’agriculture est aussi un sujet phare de l’année ?
Les deux sujets se rejoignent. On constate une tendance de fond vers le manger mieux, bio, équitable. Mais cela ne concerne encore qu’une petite partie des consommateurs, même s’ils sont de plus en plus nombreux chaque année et qu’il y a un travail qui doit être fait sur l’accessibilité de ce type d’offre pour l’ensemble de la population. Le chemin est encore assez long à parcourir. C’est aussi notre rôle à la fois de traiter des épiphénomènes, mais aussi de rappeler l’image de la France au global, d’ouvrir les yeux. 

Quels sont les enjeux pour les marques par rapport à leurs consommateurs, selon vous ?
D’une manière générale, on constate que cette tendance de manger mieux peut s’exprimer de manière diverse et a tendance à fortement se développer. Le consommateur se renseigne de plus en plus et a besoin d’être rassuré. La notion de confiance est clé, et doit s’établir à tous les niveaux des ingrédients au prix. 
Nous nous rendons compte également qu’une partie des consommateurs est prête à payer plus cher pour un produit plus transparent. C’est une leçon importante. 
Enfin, on a l’impression que la dichotomie entre le prix et le besoin de manger mieux est irréconciliable mais c’est faux : la réduction des emballages, le vrac, sont des éléments qui peuvent permettre de réduire le prix, et qui répondent à des valeurs. 

En savoir plus sur...

Les événements rattachés

mar. 30 juin
Paris 9
Théâtre Mogador
Replay

Consumer Day 2020 - 14e édition

Image
Consumer day 2020 organisé par Kantar

09:00

Event décalé.Rendez-vous des acteurs de la grande consommation, de la distribution, de l’hygiène...

À lire aussi

Image
Initiatives solidaires covid-19

Tous solidaires !

Cette semaine, les initiatives solidaires continuent à se multiplier de la part des professionnels....