Entretiens

« L’humain est au centre de tout. Même dans le digital »

Les Sommets du digital ont réussi, en 5 années d'existence, à s'imposer sur la scène des events du digital, comme le rendez-vous incontournable et inspirant de l'hiver, en mêlant conférences, émotions, moments de respiration et divertissement. Xavier Wargnier, leur fondateur, revient sur les spécificités de l'événement et sur les nouveautés à venir. 

Publié le 11/12/2019 à 16:44, mis à jour le 11/12/2019 à 16:44.

Xavier Wargnier organisateur sommets du digital interview
Xavier Wargnier raconte les Sommets du digital 2020 © DR

Si vous deviez définir les Sommets du digital ?
C’est un événement atypique et revendiqué comme tel. Parce qu’il se passe à la montagne, tout d’abord et que délocaliser 300 personnes loin de leur confort, de leurs habitudes, ouvre la porte à l’imprévu. Parce qu’ensuite, nous demandons aux speakers d’être en immersion avec les participants pendant les 3 jours des Sommets. Ils n’ont pas le droit de faire de l’autopromotion, et doivent avoir préparé leur conférence puisque chaque talk ne dure que 10 minutes. Aussi, comme l’événement n’est pas filmé, les intervenants se livrent et nous assistons à une richesse de réflexion incroyable. Chaque année, une alchimie se créé qui rend l’événement unique. 
Enfin, nous mélangeons atmosphère studieuse et moments de respiration avec des concerts, des séances de ski ou de luge de nuit, les pitchs dans les télécabines, etc. Étonner fait partie de l’ADN des Sommets.

Comment choisissez-vous les intervenants aux Sommets du digital ?
Nous recevons chaque année beaucoup de demandes, et nous les choisissons en fonction de leur personnalité et de leur engagement. Nous exigeons des intervenants qu’ils restent les trois jours, c’est un critère de sélection important. De plus, nous attachons beaucoup d’importance à la sincérité du discours. Au final, les Sommets du digital font intervenir de nombreuses personnalités hétéroclites : ex-capitaine de l’équipe de France de rugby, dirigeants d’entreprise, hauts responsables de l’armée, etc. Nous essayons de respecter la parité hommes / femmes et de privilégier la diversité d’états d’esprits. Le fil rouge, c’est de partager, d’échanger. 

En parlant de fil rouge, les Sommets du digital affichent trois mots d’ordre : Bousculer ; Inspirer ; Connecter… En quoi se retrouvent-ils dans les Sommets ?
Bousculer, parce qu’on va entendre des discours très engagés qui vont un peu nous faire mal et nous mettre en face de nos responsabilités. Certaines marques vont revenir sur leurs expériences ratées, et partager le décalage entre ce qu’elles disaient, ce qu’elles pensaient, et la réalité. Inspirer, parce que les Sommets accueillent des intervenants formidables qui racontent des expériences fortes. Connecter, parce que l’humain est au centre de tout. Même dans le digital. 

Quels seront les thèmes de cette année ?
Le projet d’entreprise est un sujet qui revient souvent. Les entreprises se sont lancées dans des projets de transformation mais les salariés ne s’y retrouvent pas forcément, la recherche de sens est très forte. 
Autre thématique phare de 2020 : l’intelligence artificielle, qui génère de nombreuses craintes, mais aussi des évolutions positives, notamment dans le monde du handicap, avec des applis qui facilitent la vie quotidienne, ou des IA qui facilitent le recrutement des personnes handicapées par exemple. Globalement, nous traiterons de tous les sujets de la transformation digitale, en positif comme en négatif. Chaque année, nous sortons des Sommets avec des réponses, parfois aussi des questions, mais toujours plus positifs. 

C’est la 5e édition, qu’est-ce qui change ?
Pour la première fois, nous inaugurons une quatrième journée des Sommets, le 2 avril à Paris dans les locaux de Microsoft et qui sera dédiée aux échanges one to one entre les participants, les partenaires et les speakers. Le programme est tellement riche durant trois jours à la Clusaz que cette quatrième journée nous a paru nécessaire pour pouvoir approfondir. Nous allons essayer d’insuffler un esprit « Sommets » à Paris, de continuer à être différent pour créer du lien. 
Cette année, nous allons également publier un livre sur la transformation digitale, basé sur de nombreux témoignages. Il sera distribué à tous les participants aux Sommets, puis disponible en librairie. 

Cette année, Pascal Cubb et David Leborgne vous rejoignent dans l’organisation des Sommets. C’est une nouvelle étape ?
Cela fait partie du renouvellement des Sommets, et c’est une association qui s’est faite assez naturellement. N’étant pas sur Paris, je ressentais ce besoin d’ouverture pour parvenir à aller plus loin, préparer les prochaines étapes et être plus présent. 

Cela marque-t-il une volonté de s’agrandir ?
S’agrandir, non, mais progresser oui. Nous sommes limités par la taille de la salle de conférence à la Clusaz, et cela fait partie de notre succès : nous ne sommes pas un salon ou une grand-messe, c’est ce qui fait qu’il est facile de créer du lien. En revanche, nous n’excluons pas d’initier d’autres rendez-vous durant l’année : lancer des mini sommets sur des thématiques dédiées, pour des populations en particuliers, sur des formats plus courts, plus accessibles, pour augmenter notre écosystème et aller plus loin sur certaines problématiques. 

En savoir plus sur...

Les événements rattachés

lun. 03 fév 2020
mer. 05 fév 2020
La Clusaz
Replay

Les Sommets du digital 2020

Image
Photo de La Clusaz

09:00

Bousculer, Inspirer, Connecter : les trois mots clés des Sommets du digital 2020, pour tout savoir...

À lire aussi