Entretiens

« Cultiver l’Amour du Maillot contribue à un engagement durable »

Vincent Dumont, consultant, fondateur et ex-président de Chaikana, conseille aujourd’hui les dirigeants dans leurs prises de parole. En cette rentrée, il nous partage sa vision de la communication interne envers laquelle les attentes sont nombreuses. 

Publié le 22/08/2022 à 14:30, mis à jour le 25/08/2022 à 09:47.

Vincent Dumont
© DR

Vous avez longtemps dirigé une agence événementielle ayant pour ADN la communication interne. Comment analysez-vous cette dernière à l’aune des derniers mois ?

On observe, depuis plusieurs années, une distance qui se creuse entre les collaborateurs et l’entreprise, accentuée depuis plus de 2 ans par le développement de nouveaux modes de travail. Plus inquiétant encore, ces derniers mois sont marqués par des « envies d’ailleurs » avec un fort risque d’attrition des talents.

La communication interne, en lien étroit avec les directions RH et RSE, a donc un rôle de plus en plus stratégique à jouer pour développer « l’adhérence » à l’entreprise : être bien dans mon job, être fier de ma boîte et ne pas avoir envie de la quitter ! 

Elle ne pourra le faire seule, mais peut agir sur la dynamique collective, sur la création de moments de vie, sur la fluidité et la qualité des relations, … mais aussi sur le partage de la personnalité de l’entreprise (sa culture, ses valeurs, sa vision) dont les collaborateurs sont de plus en plus sensibles, en particulier la génération Z qui arrive sur le marché du travail. Et tout ceci passera nécessairement par des prises de parole !

Que vous disent les dirigeants que vous accompagnez dans leurs prises de parole ? Quelles sont leurs attentes et celles-ci ont-elles évoluées ?

Je les sens parfois très seuls au moment d’aborder l’exercice ! Seuls face à des transformations profondes, rapides, parfois imprévisibles. Trois mots reviennent très souvent : rassurer, inspirer et engager. Mais l’enjeu ultime demeure bien souvent de générer de la fierté : fier de ce que nous sommes, de nos valeurs, de notre utilité pour nos clients, pour la société : cultiver l'Amour du Maillot contribue à un engagement durable. 

On travaille alors tout autant les messages que la posture, c’est-à-dire l’univers du non verbal dont on connait l’impact sur l’auditoire, tout en veillant à un subtil équilibre : comment, à la fois, incarner la vision d’un dirigeant qui donne le cap tout en incarnant un collectif où chacun a sa place ? J’observe de plus en plus cette approche plus inclusive, donnant davantage la parole aux collaborateurs, voire à l’ensemble de l’écosystème de l’entreprise.

Justement, l’économie de l’attention et la parole efficiente sont-elles toujours d’actualité à l’heure de la surenchère de contenus ?

Ça fait de nombreuses années que je fais de l’économie de l’attention un sujet central. La culture « smartphone » a considérablement atténué notre capacité de concentration et d’attention.

Les 3 fondamentaux d’une prise de parole efficiente demeurent identiques : un bon texte, une bonne interprétation et une bonne mise en scène (...)

Les codes ont changé : il faut savoir faire court avec un style direct qui va à l’essentiel. Les 3 fondamentaux d’une prise de parole efficiente demeurent identiques : un bon texte, une bonne interprétation et une bonne mise en scène, mais demandent aujourd’hui beaucoup plus d’exigence dans la préparation si l’on veut vaincre le risque qui guette l’auditoire : l’ennui !

Quid des formats ? Comment le digital change la donne dans les prises de parole ? Quelles nouvelles opportunités ?

L’apparition, subit et subite, des prises de parole en digital a constitué un formidable laboratoire dont il va falloir garder les enseignements, et notamment sur scène. A distance, les publics ne devenant plus captifs, se sont alors vraiment posées les questions de l’attention et de l’audience : plus facile de couper l’écran de son PC que de quitter la salle de conférence !

La prochaine étape n’est pas tant d’inventer de nouveaux formats, mais de gagner en naturel, en spontanéité, en énergie … Bref, il faut de la vie sur scène !

Ces ressorts, on les connait aujourd’hui : faire plus court, tant dans la durée globale du programme, que pour chacune des interventions, privilégier l’interview au pitch, donner une place plus conséquente à l’image (films ou infographies), diversifier les modes d’intervention, avoir recours à de l’interactivé, voire de la gamification, …

La prochaine étape n’est pas tant d’inventer de nouveaux formats, mais de gagner en naturel, en spontanéité, en énergie … Bref, il faut de la vie sur scène ! Et cela passe par une parfaite maitrise des contenus, donc un travail conséquent en amont.

Trois conseils aux dirigeants qui vont ou veulent prendre la parole devant leurs collaborateurs, en ces temps d’incertitude ?

Il y a indéniablement une réflexion à avoir sur la fréquence des prises de parole du fait de la volatilité de notre environnement. La diversification des canaux (présentiel/distanciel) doit permettre d’entretenir un lien plus régulier entre dirigeants et collaborateurs.

Par ailleurs, je conseille souvent une inflexion sur le message, davantage orienté sur le Pourquoi que sur le Comment qui répond à une attente forte des collaborateurs : la quête de sens.

Et surtout s’inspirer de cette citation de Voltaire : « Je vous écris une longue lettre parce que je n’ai pas le temps d’en écrire une courte » !

En savoir plus sur...

À lire aussi

Image
Evénement vs Event ?

Evénement vs Event ?

On me demandait récemment s’il n’y avait pas trop d’événements désormais. Ma réponse a été – restant...