Entretiens

« Cette période inédite renforce le besoin des communicants de s’appuyer sur un collectif aidant, constructif et énergique. »

Nouvellement élue à la présidence de Com-Ent (Communication et Entreprise), Séverine Lecomte évoque pour nous la situation du secteur et la feuille de route qu'elle entend piloter pour renforcer l'association. 

Publié le 10/11/2020 à 13:04, mis à jour le 11/11/2020 à 14:58.

SEVERINE LECOMTE
© DR

Tout d’abord, comment se porte l’association Com-Ent (Communication et Entreprise) que vous présidez désormais ? Le secteur de la communication n’est évidemment pas épargné par la crise actuelle ?
Cela fait 12 ans que je suis impliquée dans l’association Com-Ent, que je la regarde évoluer et estime les besoins des communicants. Le projet autour de l’utilité que je porte avec le Conseil d’administration me parait donc faire sens dans le contexte actuel.

Il y a beaucoup d’associations qui souffrent actuellement, l’adhésion n’étant pas nécessairement une priorité pour les entreprises qui doivent faire face à la crise. Cela étant, nous voyons bien chez Com-Ent que cette période inédite renforce également le besoin des communicants de s’appuyer sur un collectif aidant, constructif et énergique. Un collectif qui défende tous les métiers puisque nous gérons l’interprofession, son impact positif et sa dimension stratégique. C’est justement dans les moments de crise qu’il est important de se connecter avec ses pairs, pour trouver des solutions qui soient à la fois bonnes pour les communicants mais aussi pour toutes les organisations dans lesquelles nous intervenons.

Le contexte va générer un regain d’intérêt pour ces nouvelles manières de travailler ensemble et cela ramènera les gens dans les collectifs associatifs qui peuvent être extrêmement puissants quand ils sont bien gérés.

Quels sont les messages et les ressentis qui remontent de vos membres  actuellement ?
Nous sommes dans une phase où les communicants peuvent être perturbés par des réductions d’effectifs ou budgétaires, par le manque de visibilité et la nécessité de justifier la moindre action et son coût. Un contexte absolument délétère quand justement l’entreprise doit faire acte de communication.  Car la communication c’est ce qui nous permet toujours de faire société, dans l’entreprise comme à l’extérieur. C’est aussi se regrouper pour passer le cran du dessus. Les directeurs de communication ont à cœur de faire comprendre à leur hiérarchie et aux services achats la dimension stratégique et l’impact positif de leur métier pour l’organisation.

Nous lançons une grande concertation auprès de l’ensemble de nos adhérents sur les grands axes de notre projet d’utilité dans la société.

Par ailleurs, il y a une volonté de s’occuper de sujets de fond tels que la RSE, le management, etc. Nous lançons d’ailleurs une grande concertation auprès de l’ensemble de nos adhérents sur les grands axes de notre projet autour de l’utilité dans la société. Le premier thème que nous traitons actuellement est celui de la responsabilité sociétale des entreprises et des agences. Nous étudions la manière dont les communicants font remonter ce à quoi ils sont confrontés ainsi que leurs besoins, notamment en termes de formation, pour jouer pleinement leur rôle. Par ailleurs, il y a de plus en plus de dir com' qui pilotent également la RSE et j’espère que cela va continuer dans cette voie car c’est d’une logique implacable. Cependant, il y a encore beaucoup d’équipes de communicants qui ne sont pas formées à ces sujets-là. Les sujets de management, de culture d’entreprise, du corporate et de la RSE bougent énormément et c’est un aspect positif de ce que la crise est en train de générer. A condition que tout ne soit pas bloqué par les aspects financiers.

Parmi les sujets qui me tiennent aussi à cœur, il y a celui de la communication vertueuse. Depuis des années on veut nous persuader que le papier tue l’environnement alors que le digital est bien pire en termes d’impact environnemental. Nous ne connaissons pas encore l’impact de toutes les réunions virtuelles que nous consommons actuellement. La facture carbone risque de grimper très vite. On voit d’ailleurs remonter ce sujet du papier alors que les collaborateurs sont en télétravail. Le papier permet plus fortement de maintenir le lien. Il va y avoir des évolutions assez intéressantes qu’il nous faut explorer. Autre demande forte de nos adhérents : la thématique de l’employabilité sur le long terme. Comment on redonne de l’attractivité pour les jeunes, comment on se forme tout au long de sa vie, comment on traite les seniors dans le secteur de la communication, comment gère-t-on les transitions de carrière… Autant de sujets qui feront l’objet d’une seconde consultation de nos membres.

La place des femmes, le harcèlement ou encore l'éthique dans la communication sont également des sujets prioritaires pour vous. L’actualité récente nous montre qu’il reste beaucoup de chemin à faire…
Com-Ent porte le sujet de la place des femmes dans la communication depuis longtemps avec le réseau Toutes Femmes Toutes Communicantes qui continue d'être très actif. Nous avons vu récemment comment ce sujet est remonté à la surface de manière assez violente, à juste titre d’ailleurs car nous ne découvrons rien malheureusement. Nous avons fait un événement d’écoute des jeunes professionnels qui avaient pu vivre des situations de harcèlement sexuel ou moral, un événement au cours duquel nous avons invité #Balancetonagency. Nous discutons par ailleurs beaucoup avec le collectif Les Lionnes et les nouveaux responsables de l’AACC et réaliserons prochainement un second événement sur ce sujet.

Nous mettons en place un groupe de travail pour aller plus loin sur la thématique du harcèlement et faire cesser ce type de pratiques

Nous mettons en place un groupe de travail pour aller plus loin sur cette thématique et faire cesser ce type de pratiques. On en parle au sujet des agences bien sûr mais aussi des entreprises en général car le problème nous traverse tous et doit être gérer de manière globale. C’est aussi primordial pour la marque employeur de nos métiers, les jeunes n’acceptant plus ces pratiques d’autant que c’est possible de faire autrement. Il suffit juste de le décider. J’en profite d’ailleurs pour rappeler que nous avons créé il y a deux ans une ligne d’écoute* administrée par des professionnels qui savent écouter et conseiller les victimes. Cela nous permet d’identifier ce dont les personnes ont besoin en termes d’accompagnement.

Com-Ent est une association très active dans la production de contenus, comment vous êtes-vous adaptés à la crise ?
En termes d’événements, nous utilisons bien sûr les potentialités du digital pour pallier le confinement et toucher nos audiences également en région, tout en tentant de maintenir du présentiel quand cela était encore possible. Nous avons une production de contenus en effet très importante, grâce à notre équipe en interne mais aussi à nos adhérents qui sont très actifs. Même si ce n’est pas toujours évident de se connecter à nouveau après une journée de travail passée sur Zoom ou autre, on voit bien que l’audience est là et donc qu'il y a un besoin. Nous allons également nous repencher sur des contenus plus pérennes et nourrissants, comme des éditions papier que les gens vont garder. Il y a un véritable besoin de pouvoir profiter d’une intelligence poussée afin de mieux anticiper les évolutions présentes et futures. Tout cela est en train de bouillonner et c’est très exaltant. Bien que nous traversons des moments difficiles pour tout le monde, il faut non seulement tenir, espérer et préparer l’avenir.

Allez-vous participer aux prochains Etats Généraux de la communication ?
Nous devons communiquer davantage entre associations. Les institutions qui regroupent les acteurs du secteur doivent refonder leurs habitudes et s’ouvrir davantage pour avoir ensemble plus d’impacts. Nous n’avons pas été conviés aux Etats Généraux de la communication, ce qui montre que nous avons des progrès à faire en termes de visibilité et de compréhension du projet de Com-Ent. Il faut que l’on se retrousse tous ensemble les manches sur les sujets sur lesquels nous sommes attendus. Nous allons concerter jusqu’à la fin de l’année, à la fois avec les associations sœurs mais aussi avec nos adhérents pour produire une feuille de route très claire qui nous amène à lancer de grands projets début 2021. 

Quid des Grands Prix Com-Ent 2020 ? 
Nos Grands Prix sont maintenus, il est déjà possible de déposer des dossiers, et ce jusqu’au 10 décembre. Bien évidemment, nous ne savons pas encore sous quelle forme ils se tiendront puisque cela dépendra de la situation sanitaire. L’objectif est d’organiser la remise de prix courant 1er trimestre 2021. Si l’on peut les faire en présentiel c’est évidemment ce que nous privilégierons, sinon nous inventerons un format différent. En tout état de cause, nous recevons des dossiers malgré cette année aux contours inédits. Cela veut donc dire que la créativité n’est pas morte. C’est donc très important de maintenir ce rendez-vous fort pour la communauté, de partager nos expériences et nos succès.

* Numéro vert : 0 800 100 334

En savoir plus sur...

À lire aussi