L’édito

Un webinar peut en cacher un autre… 7 critères pour sélectionner le prochain

Confinement oblige : les webinars n’ont jamais été aussi nombreux. Les grandes conférences btob ont déserté le printemps pour s’orienter vers l’automne ou directement à l’horizon 2021. Quelques-unes ont adopté le digital… mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est pas la majorité. Alors d’où vient cette cacophonie ambiante ?

Par Xavier Dordor, publié le 06/05/2020 à 15:02, mis à jour le 07/05/2020 à 09:17.

édito du 7 mai : Un webinar peut en cacher un autre… 7 critères pour sélectionner le prochain
© Sergey Zolkin

Aux quelques véritables transformations digitales, se sont ajoutées des prises de paroles multiples, toutes en numérique : les organisateurs de ces conférences n’ont pas supporté le silence de leurs absences et ont lancé à la va-vite des ateliers pour meubler et essayer de nouveaux formats… pour l’avenir. Les GAFA, les Adtech ont flairé la bonne occasion pour exister sur leur terrain et apprendre à tous comment mieux utiliser leurs outils. Un vrai succès d’audience pour les plus grands ! Les organisations syndicales, grands artisans des réunions collectives, ont lancé des petits formats live pour fédérer leurs ouailles confinées aux 6 coins de l’hexagone et convertir de nouveaux adhérents. Les médias professionnels ont saisi la balle au bond et lancé leurs webinars avec des partenaires, les instituts d’études ont pris le prétexte du format pour diffuser de façon promotionnelle, leurs résultats sur l’état des français face au Coronavirus, les agences ont rivalisé d’inventivité thématique dans le « Re… » ou dans le « Monde d’après »…, bref on ne s’entend plus. Il y avait déjà beaucoup de conférences dans la filière com/média /digital … plus de 500 par an, si on inclue les web conférences, le millier sera dépassé.

Après le 11 mai, le rythme des webinars ne pourra pas durer. Ni en proposition, ni en écoute.

Le télétravail ne signifie pas l’open bar digital at home.  

Et en même temps, comme diraient certains, il y a du bon dans ce bruit de fonds :  de l’apprentissage, de la formation, de la réflexion, de l’ouverture, bref, de l’écoute ! Il va donc falloir sélectionner ce qui convient à chacun ?

Certes, c’est un peu notre vocation à MyEventNetwork, d’effectuer un 1er tri et de pointer ce qui retient notre attention. Notre virage 100% hybride (IRL et/ou Virtuel) témoigne de cette volonté de vous présenter les meilleures prises de paroles quels que soient les formats. Notre sélection se fonde souvent sur quelques critères essentiels dont ces 7 points que nous livrons à votre sagacité : 

  • L’organisateur : sa légitimité, son expérience (dans le domaine précis …)
  • Le thème : sa pertinence, sa novation (… et son angle de traitement)
  • Les speakers : leur expertise, la fréquence de leur prise de parole, leur indépendance vs l’organisateur…
  • L’enjeu de connaissance : l’outil (perfectionnement), la practice (technique…), la culture consommateur/marché ou société...
  • Les livrables : chiffres, études, approches… en documentation, en live et en replay.
  • Les accès : open, sur inscription confirmée, payants… mais aussi les accès techniques (plate-formes)
  • L’interactivité : avec les speakers en live ou en replay, entre les participants eux-mêmes…

Vous utilisez certainement d’autres formulations… mais si comme nous, vous souhaitez que chacun puisse s’inscrire à une conférence en connaissance éclairée, alors échangeons sur ces critères qui qualifient les events et permettent de structurer un choix personnel. Les taux de no-show - présentiels ou distanciels - auront aussi tout à y gagner. 

À lire aussi