L’édito

La vie en vert

Ça fait un moment que ça dure, mais ça ne cesse de s’accélérer. Il suffit de regarder l’agenda de MyEventNetwork pour que ça saute aux yeux : la responsabilité est au cœur de tous les débats (et de tous les events). A ce stade, ce n’est plus une tendance, c’est une révolution. Et ce n’est pas Jeremy Rifkin, présent au Sommet de l’économie et auteur du « New Deal vert mondial » qui me contredira.

Par Cécile Blanchard, publié le 27/11/2019 à 16:02, mis à jour le 28/11/2019 à 07:31.

Visuel édito La vie en vert
© DR

Cela n’a jamais été aussi clair. Un œil sur le calendrier du seul mois de novembre suffit à comprendre que le monde de la communication, du digital et des médias est agité par les questions d’engagement écologique, par la nécessité d’agir face aux défis environnementaux et sociétaux, de réfléchir à son positionnement, ses valeurs, son impact climatique.

Sustainable Brands Paris, grand événement européen sur la responsabilité des marques (notre entretien de cette semaine) a ouvert le bal avec un brainstorming géant pour réfléchir ensemble aux thématiques de SB Paris 2020 et aux solutions pour agir. Un moyen de lancer un véritable mouvement collectif vers une responsabilité écologique des entreprises et des marques et vers des actions concrètes. 

Le 14 novembre, c’était au tour du Collectif MR21 de s’interroger sur le rôle des marques dans la transition vers un modèle plus durable et d’oser aborder la question de l’opportunisme du marketing responsable.

Mais MyEventNetwork décerne la Palme de la Journée de l’engagement au 28 novembre, avec pas moins de trois événements dédiés au sujet, avec des angles différents  : L’influence marketing à l’heure de l’engagement responsable, Les entreprises responsables peuvent-elles faire du e-commerce ?, et Le temps des marques responsables ?

Une petite semaine plus tard, le Groupe Marie-Claire va plus loin avec sa conférence La Grande Accélération, qui note non seulement le changement de comportement des consommateurs.trices mais aussi la radicalisation de leurs positions (lire à ce sujet notre interview de Gwenaëlle Thébault, DG Déléguée du Groupe).

Même le Sommet de l’économie (notre autre entretien de cette semaine), haut lieu du capitalisme, organisé par Challenges le 4 décembre, fait la part belle à cette thématique, avec une série de conférences et de keynotes rassemblés sous l’étendard « Réconcilier économie et écologie », et la venue de Jeremy Rifkin lors du dîner d’ouverture de l’événement. 

Le mouvement est clairement amorcé et il continuera en 2020 et probablement longtemps après. Car si les marques ne peuvent peut-être pas, à elles seules, changer le monde, elles peuvent sans nul doute y contribuer, y réfléchir, et porter des valeurs en phase avec celles des consommateurs citoyens… jusqu’à faire, vraiment, bouger les choses ?

À lire aussi