L’édito

La rue est (de nouveau) à nous ! 

Nombreux sont celles et ceux qui s’inquiètent du développement du digital et de notre possible transformation en zombies hyper-connectés et asociaux. Un faux débat puisque le digital est dans notre poche en permanence via nos smartphones et cela ne nous a pas empêché de reconquérir cet espace public qui nous a tant manqué durant des mois. D’ailleurs les marques le savent bien et s’activent à gagner la bataille de la mobilité, du Live Shopping et autres Experience Live.

Par Laurence Rousseau, publié le 29/09/2021 à 14:14, mis à jour le 29/09/2021 à 14:18.

La rue est (de nouveau) à nous !
© Pierre-Yves Halbig

La rue étant de nouveau à nous, l’événementiel y retrouve de facto toute sa place. A l’image de l’empaquetage de l’Arc de Triomphe qui - n’en déplaise aux grincheux - attire les curieux, anime les réseaux sociaux et fait la promo de la destination Paris. 

Les mêmes esprits chafouins auront aussi tout loisir de râler sur la Fashion Week qui renoue avec le présentiel. Dimanche 3 octobre, c’est L’Oréal qui proposera la 4e édition de son défilé grand public sur le parvis des Droits de l’Homme à Paris. Un parvis rebaptisé des « Droits de l’Homme et de la Femme » pour l’occasion, et un défilé volontairement engagé avec notamment un programme de formation « Stand Up contre le harcèlement de rue ». La marque sait bien que, au-delà des claims publicitaires, le consommateur l’attend sur le terrain de l’engagement et des actes. C’est ce même engagement qui a mobilisé les foules  lors du Global Citizen Live, méga-concert caritatif initialement prévu en 2020 pour les 5 ans des Accords de Paris, qui s’est tenu samedi dernier en simultané depuis plusieurs mégapoles internationales. Sur le Champ-de-Mars parisien, 20 000 personnes ont répondu présent pour soutenir le combat de l’ONG contre la pauvreté et le réchauffement climatique, après avoir fait acte de mobilisation depuis la plateforme Global Citizen Live. Et avoir lâché au passage quelques datas personnelles, le prix à payer dans un monde où « si c’est gratuit, c’est que c'est toi (et ta data) qui sont le produit ». 

À lire aussi