L’édito

Et si vous vous remariez online, auriez-vous plus de monde à vos noces ?

Toutes les semaines pour ne pas dire tous les jours, on me demande si le fait de passer un event en digital va développer l'audience vs l'édition précédente ! Le plus souvent la réponse est non. C'est un leurre. Vous changez de canal c'est vrai, vous passez d'un canal relationnel - le face to face - à un canal de diffusion - la plateforme.

Par Xavier Dordor, publié le 10/11/2020 à 11:13, mis à jour le 10/11/2020 à 18:03.

Et si vous vous remariez online, auriez-vous plus de monde à vos noces ?, édito de Xavier Dordor
© DR

La vraie différence est là avec toutes ses conséquences. Si demain matin vous vous (re) mariez, si votre cérémonie est diffusée sur Internet, aurez-vous beaucoup plus de monde à vos noces ? La comparaison est édifiante! Cela dépend notamment de votre notoriété, du show que vous allez mettre en place (lieu, spectacle...) et de vos invitations (nombre, message...). Globalement, les curieux vont remplacer les pique-assiettes et vous aurez plus altéré la structure de vos invités qu’augmenter leur nombre à quelques exceptions près. Le 1er cercle d'amis pourra s'énerver de ne pas être les seuls invités et d'être traités comme les autres, le deuxième cercle sera peut-être surpris d'être convié, et plus on s'éloignera de vos amis très chers, plus le lien sera faible... vous aurez du mal à les attirer et ils ne seront pas sûrs de venir réellement même s'ils vous ont répondu par l'affirmative. Ils se seront dits « pourquoi pas ? », et ils auront oublié le « pourquoi », donc ils s’abstiendront sans prévenir ou ne feront que passer.

Beaucoup d'events professionnels digitaux depuis le printemps ont fait cette expérience, au final leurs scores sont au mieux ceux d'hier et leur engagement est médiocre. Selon notre évaluation au fil des semaines, ils réalisent des audiences instantanées qui culminent à la moitié des audiences physiques de l’édition précédente, et des audiences cumulées qui peinent à franchir le double. Enfin les présents diminuent au fil des minutes. Peut-être ont-ils mal jugé ou mal jaugé leur capacité d'attraction, rogné sur le budget de leur show (programme/speakers) et limité leur politique d'invitations (nombre et investissement par personne ciblée…).

Qui plus est ceux qui cliquent sur ces events ne sont pas toujours ceux que les donneurs d’ordre auraient aimé voir. Comme si à votre mariage, les relations étaient présentes mais vos vrai.e.s ami.e.s. se faisaient rares. La fête serait gâchée.

Loin de moi l’idée de tirer à boulets rouges sur les events digitaux même si j’en connais les limites. Ils diffusent très bien l’information grâce à la techno mais ils créent moins de lien. Alors que faire : ne pas courir après l’audience, rechercher un cœur de cible actif plus que des irréguliers probabilistes et les engager par des techniques de relationnel. En termes de show, les events ont fait d’énormes progrès, les vrais plateaux TV avec invités en présentiel ont remplacé avantageusement les « photomatons » animés qui partageaient encore l’écran au printemps. Question spectacle, le confinement 2 ne ressemble pas non plus au confinement 1, il a libéré les capacités d’expression. 

Cela suppose également des events plus segmentés aux contenus mieux valorisés. Pour pouvoir dire à chacun pourquoi sa présence est souhaitable et souhaitée. Question mariage : attendez le vrai déconfinement. 

À lire aussi

Image
L’éloge du lien digital, un édito de Xavier Dordor

L’éloge du lien digital

Dans le baromètre que MyEventNetwork vient de réaliser, quelques idées volent en éclats et ce n’est...