L’édito

De Nation à République et/ou de Twitter à Zoom !

Le digital accompagne les mouvements sociaux depuis l’invention d’Internet, et le smartphone est maintenant plus utile dans les manifs que les banderoles et les porte-voix. Pour faire connaître et venir, pour communiquer et organiser, pour se tenir informé des déplacements des uns et des autres. Mais le digital vient de quitter l’accompagnement pour devenir l’arène même des manifs, et ça c’est nouveau !

Par Xavier Dordor, publié le 21/04/2021 à 10:00, mis à jour le 22/04/2021 à 09:57.

De Nation à République et/ou de Twitter à Zoom !, un édito de Xavier Dordor
© Rafael Garcin

Il y a un mois, Manifestory rappelait la manif digitale que l’Agence avait créé pour défendre Heetch, il y déjà 4 ans. Une première au moins en France, qui avait réuni 200 000 manifestants sur Facebook live sur une demi-journée avec en plus du présentiel stratégique dans Paris et une empreinte média de plusieurs millions de personnes.

La semaine dernière, des "télé grévistes" s’invitaient à une assemblée du Comité Social et Economique en ligne d’IBM. Cette tentative d’invasion numérique originale rapidement circonscrite provoquait quelques remous dans l’entreprise et dans les médias. Une occupation numérique, une ou deux plateformes (Zoom, Twitch,…) prises en otage et en orage. Les plateformes sociales des entreprises vont-elle devenir un nouvel enjeu d’occupation comme les sites de production ? Les entreprises ayant tout fait pour devenir elles-mêmes des médias, elles se heurtent à ce risque d’alerte de leur écosystème lors de leurs communications digitales.

La manif va-t-elle incarner une nouvelle dimension de l’hybride événementiel ? Tous les moyens de live, de partage et d’interactivité peuvent apporter une redoutable efficacité aux dispositifs de manifestation. Quand le début du cortège arrivera à la Bastille, même ceux qui piétinent à la Nation pourront grimper en simultané sur le Génie !  Et si les manifs sont interdites, elles pourront toujours se répandre en avatar sur les plateformes. A quand une manif hybride associant tous les métiers de l’événementiel, depuis la scène jusqu’aux écrans ?

À lire aussi